Le poste Mékinac est maintenant opérationnel

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Le poste Mékinac est maintenant opérationnel
Le poste Mékinac sert à abaisser la tension. L'électricité y arrive à une tension de 230 Kv, en provenance d'un barrage hydroélectrique, et en ressort à 25 Kv avant d'emprunter les lignes de distribution. Équipé de cinq départs souterrains de 25 Kv, trois autres pourront y être ajoutés selon l'évolution de la demande. (Photo : Courtoisie Hydro-Québec)

ÉNERGIE. La Ville de Saint-Tite recevra 283 000$ de la part d’Hydro-Québec dans le cadre du Programme de mise en valeur intégré (PMVI) associé au nouveau poste Mékinac construit au coût de plus de 40 millions de dollars.

Opérationnelles depuis le 3 décembre dernier, les nouvelles installations  desservent environ 9000 clients de la région et viennent remplacer l’ancien poste Le Bourdais mis en fonction en 1968.

Contrairement à ce dernier localisé en bordure de la route 153, en plein périmètre urbain, l’emplacement du poste Mékinac a été choisi en fonction de sa discrétion, en dehors de la vue des automobilistes, entre deux butons à proximité du chemin du Ruisseau Le Bourdais.

Une journée porte ouverte pour la population devait avoir lieu cet automne, mais en raison de la pandémie, elle a évidemment été annulée. Une inauguration virtuelle en visioconférence, assortie du dévoilement d’une vidéo des nouvelles installations, avait cependant lieu le mercredi 16 décembre en présence notamment de la députée-ministre de Champlain, Sonia Lebel.

Les retombées économiques du projet pour la région sont évaluées à environ 4 millions$. (Photo courtoisie Hydro-Québec)

La mise en opération du poste Mékinac ne signifie cependant pas le départ des équipes d’Hydro-Québec de Saint-Tite puisque l’ancien poste Le Bourdais devra être démantelé et le site, réhabilité. Cette étape débutera à l’automne 2021 et devrait s’étirer jusqu’à l’hiver 2022. Cela comprend également le retrait de plus de 48 kilomètres de lignes électriques et les portiques de bois qui les supportaient.

Une fois les installations retirées, Hydro-Québec procédera à une caractérisation des sols afin de déterminer la présence de contaminants. Dans les postes de distribution comme celui de Le Bourdais, on retrouve généralement des traces d’hydrocarbure provenant des transformateurs et de zinc associé aux structures métalliques en place.

Une fois le sol réhabilité, il sera rendu disponible dans l’ordre à Hydro-Québec, aux ministères, à la ville et enfin, à la MRC. «Présentement, seule la Ville de Saint-Tite a manifesté un intérêt, a expliqué Michel Langlais, chef de projet chez Hydro-Québec. La vocation qui sera réservée au site devra cependant être d’intérêt communautaire.»

Réfection du Parc Adrien-Bélisle

Présente lors de la visioconférence, la mairesse de Saint-Tite, Annie Pronovost, en a profité pour dévoiler à quoi serviront les 283 000$ provenant du PMVI: la réfection du Parc Adrien-Bélisle, sur la rue du même nom. Le site sera remis au goût du jour avec l’ajout de mobilier urbain, de balançoires pour adultes, des modules de jeux et l’aménagement de jeux d’eau.

Des premiers pourparlers entre Hydro-Québec et les autorités locales en 2014 à aujourd’hui, ce projet aura nécessité des investissements de plus de 40 millions$ et entraîné des retombées économiques dans la région de 4 millions$. Seulement en restauration et en hébergement à Saint-Tite, la mairesse Annie Pronovost calculait que plus de 100 000$ auront été dépensés.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires