Une ligne d’écoute réconfortante pour les aînés

Photo de Jonathan Cossette
Par Jonathan Cossette
Une ligne d’écoute réconfortante pour les aînés

Bien que ses cours aient été suspendus, Steven Bilodeau n’allait pas rester à la maison les bras croisés. Inspiré de ses mamies, il décidé de mettre sur pied un projet de ligne d’écoute destinée aux personnes âgées qu’il a intitulée Solid’Aîné.

Dès qu’il a eu cette idée de génie, le jeune homme de 13 ans a contacté un de ses professeurs en entrepreneuriat, en l’occurrence Patrick Leblanc.

«Je pensais à mes mamies qui étaient seules et qui ne peuvent pas sortir. On ne peut pas vraiment aider les aînés, sauf pour faire des commissions, peut-être. Je me suis donc dit qu’on pourrait mettre sur pied un groupe d’appels et voilà, nous sommes maintenant quatre élèves d’impliqués», confie-t-il d’emblée.

«Le nom m’est venu des mots solidarité et solitude, alors ça s’appelle Solid’Aîné. J’ai approché des résidences de la région par courriel pour leur présenter mon projet en détail, ainsi que pour leur donner le numéro de téléphone à contacter, et ça fonctionne. Par contre, il est très important de mentionner que le projet est ouvert à tous les ainés, et non seulement destiné aux résidences. Les gens doivent me contacter directement au 819-384-0376.»

Les jeunes intervenants – tous inscrits au volet entrepreneuriat à l’École secondaire les Pionniers – ont une liste de sujets à discuter, tout en se faisant le devoir de se présenter d’abord. Un appel peut durer entre 15 et 20 minutes, allant même jusqu’à 30 minutes dans certains cas.

«On commence par se présenter et à leur expliquer pourquoi on s’implique. On leur demande comment ils vont et s’ils ont de la famille. On parle un peu de la COVID-19, mais pas longtemps puisqu’on veut axer sur le positif. On leur demande comment va la santé et comment se passent leurs journées. On peut aussi les amener à les faire parler de leur jeunesse, car ils aiment ça», ajoute le jeune étudiant.

«On est davantage là pour les écouter que pour leur parler. Ce sont eux qui décident la durée de l’appel et la fréquence des appels. On écoute leurs besoins et on discute. Ce n’est rien de compliqué. On vient créer une proximité avec les gens et lorsqu’ils se souviennent de ton nom, c’est que tu as gagné des points.»

Les appels sont entièrement gratuits, bénévoles et se font sans aucune sollicitation monétaire. Pour chaque personne inscrite sur la liste d’appel, un certain montant (évalué par personne) sera remis à un organisme de la région. Bien qu’il en retire une certaine fierté, Steven Bilodeau ne tient pas vraiment à s’accorder un grand mérite.

«Je me dis que tout le monde peut faire leur part dans cette période de confinement. Je crois que le simple fait de poser de petits gestes est un devoir de citoyen. Je vais continuer tant et aussi longtemps que le coronavirus sera là. Je veux continuer tant qu’il y aura besoin.»

«Je vois quelques personnes âgées qui sont stressées et apeurées, mais on leur explique l’importance de ne pas sortir et de respecter les règles. On leur fait comprendre que ça va bien aller. Il y a d’autres personnes âgées pour qui c’est le contraire. Elles ne sont pas stressées, car elles savent qu’elles prennent toutes les précautions nécessaires pour éviter de contracter le virus», conclut-il.

Sans aucun doute, le jeune Bilodeau et son équipe apportent un très grand bien aux personnes qui décident de faire appel à leur service. Alors si vous vous sentez seul à la maison, n’hésitez pas à les contacter.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de