Une évolution de la clientèle lors du Festival

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt
Une évolution de la clientèle lors du Festival
Pascal Lafrenière, directeur général du Festival Western de St-Tite (Photo : Birtz photographie)

FESTIVAL. Depuis quelques années, l’équipe du Festival Western de St-Tite (FWST) désire attirer une clientèle plus diversifiée et le virage du nouveau country s’imposait.

«On est vraiment content de notre programmation cette année. Toute l’équipe a travaillé fort pour présenter une édition qui se renouvelle, tout en respectant nos racines, convient d’entrée de jeu le directeur général du FWST, Pascal Lafrenière. Les gens viennent ici parce qu’ils ont une passion pour la musique, pour la danse, les chevaux, les rodéos, et tout ce qui touche le monde country. À la base, le monde country est conservateur, mais malgré ça, on a su se renouveler par des spectacles innovants. Cette année on a Qw4rtz et Brett Kissel. Ce dernier est une étoile montante dans le new country. On a Matt Lang qui est un artiste québécois émergent bien en vue. On est fier de l’avoir chez nous.»

Le festival revient aussi avec des valeurs sûres comme Guylaine Tanguay, Renée Martel, et Paul Daraîche pour ne nommer que ceux-là. «Pour la programmation culturelle, nous avons un bel équilibre entre les racines profondes, et vers une nouvelle génération. Notre clientèle nous le rend bien parce que les spectacles de Brett Kissel et Matt Lang ont été les premiers à afficher complet», ajoute M. Lafrenière.

Est-ce que le directeur général a pu constater un certain changement dans la clientèle au cours des dernières années? «Ce qu’on remarque avec l’équipe spectacle, avec le new country, ça emmène une clientèle plus jeune, plus dynamique, et un comportement de consommateur un peu différent. Ce n’est pas ce type de clientèle qui viendra en motorisé. On a mis aussi l’accent sur les forfaits famille dans les dernières années. On a mis en place des tables à langer, des lieux d’allaitement, et ces efforts sont appréciés par les jeunes familles.»

Pour ce qui est des rodéos, le plus couru de la programmation sera sans aucun doute celui du vendredi 13 septembre, un rodéo de la PBR (Professionnel bull riding) où les 15 meilleurs monteurs de taureaux en Amérique du Nord seront en action. «Il s’agit d’un circuit indépendant qui présente les meilleurs monteurs de taureaux», ajoute le directeur général.

Comme nous sommes dans une année électorale au niveau fédéral, il faudra s’attendre à voir des chefs des différents partis politiques défilés à Saint-Tite. «On sera en pleine campagne électorale, alors il faut s’y attendre, opine M. Lafrenière. Nous sommes tous conscients que ça sert beaucoup plus aux politiciens de venir au FWST. C’est un bain de foule, les médias sont là, alors c’est une belle visibilité pour eux. D’un autre côté, ce qu’on apprécie quand les politiciens viennent nous voir, c’est qu’ils peuvent mesurer l’ampleur de notre événement. Ensuite quand on leur parle pour un soutien financier pour des subventions, ils vont plus apprécier ce qu’on fait et bien le saisir. Il n’y a pas de comparable avec d’autres événements au Canada ou à travers le monde.»

Sans aucun doute, le bonus pour l’organisation du FWST au cours des dernières années a été cette tendance à connaître des températures plus chaudes lors de ces deux semaines de festivités en septembre. «Tout devient plus facile avec la belle température, convient M. Lafrenière. Ça peut influencer l’achalandage dans les rues, mais pas tant pour les rodéos et les spectacles qui sont déjà vendus à l’avance. Mais c’est certainement plus facile pour nos bénévoles, les festivaliers, les artisans et commerçants. Tout le monde est de bonne humeur, on vend plus de bières. C’est toujours bon pour la pérennité du FWST.»

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de