Un projet pour parler stress, anxiété et dépression

Par Audrey Leblanc
Un projet pour parler stress, anxiété et dépression
- (Photo : Deposit)

MRC DES CHENAUX. Depuis quelques mois, la MRC des Chenaux et ses partenaires développent un projet pour permettre aux enfants et aux adolescents d’exprimer leurs émotions. L’objectif est de les outiller et de les aider pour que le stress, l’anxiété et la détresse psychologique ne soient plus un frein à la réussite scolaire.

Ce sont plus de 30 acteurs du milieu qui prennent part au projet MRC des Chenaux, territoire persévérant! Parmi ceux-ci, on retrouve les centres d’action bénévole, les maisons des jeunes, le CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec et la maison des familles.

« En juillet 2020, on a obtenu un financement sur trois ans de la Fondation Lucie et André Chagnon pour mettre en place un plan d’action en lien avec la réussite scolaire des jeunes. Avec les partenaires, on a parlé des priorités et des enjeux. Ce qui est ressorti, c’est le stress et la détresse psychologique vécus, qui sont exacerbés par la pandémie », indique Dominique Castonguay, agente de développement aux saines habitudes de vie et à la réussite éducative à la MRC des Chenaux.

Ainsi, depuis décembre, un important chantier de travail sur la détresse psychologique et le stress a été entrepris. Les partenaires réunis ont élaboré des actions à mettre en place. Certaines ont déjà eu lieu alors que d’autres seront mises en place au cours des prochains mois.

« C’est un projet qui touche les 0-5 ans et les 6-17 ans, précise Mme Castonguay. On veut développer leurs compétences socioémotionnelles et augmenter leur persévérance et leur participation scolaire. »

Pour ce faire, des notions précises sont intégrées aux ateliers et activités déjà offertes sur le territoire.

Par exemple, pour les 0-5 ans, le personnage de Mlle Farfelue peut parler aux enfants des émotions dans le cadre de ses lectures de contes. « On va aussi outiller les intervenants afin qu’ils puissent aider les enfants à exprimer leurs émotions », soutient Mme Castonguay.

Pour les 6-17 ans, les objectifs sont les mêmes. « On a aussi mené des sondages pour connaître leurs besoins plus spécifiques, précise l’agente de développement. Les animations et activités visent à leur permettre de s’exprimer avec leurs parents, leurs profs, leur employeur, etc. »

D’autres actions sous le thème du stress, de l’anxiété et de la dépression sont prévues au cours de l’année. La MRC est présentement en attente d’une réponse de financement pour déployer ses actions.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires