Un nouveau prix pour la relève en arts visuels

Par marie_eve_alarie
Un nouveau prix pour la relève en arts visuels
Anne-Marie Lavigne, directrice générale de l'Atelier Silex, l'artiste multidisciplinaire Louise Paillé, Ariane Gélinas, adjointe à la coordination et aux communications au Sabord, et Karine Bouchard, directrice artistique à la revue Le Sabord. (Photo : (Photo Marie-Eve Alarie))

MAURICIE. La revue Le Sabord et l’Atelier Silex joignent leurs forces pour lancer la première édition du prix Louise Paillé. Cette récompense sera remise annuellement à un artiste en arts visuels de la relève du Québec pour une œuvre qui se démarque par son excellence.

L’artiste récipiendaire du prix verra son œuvre être publiée dans la revue Le Sabord, accompagnée d’un article sur sa démarche artistique, un cachet pour la publication des œuvres dans le périodique et une résidence de quatre semaines à l’Atelier Silex.

« La création est au cœur du mandat de la revue Le Sabord, ainsi que la mise en lumière d’artistes et d’auteurs de la relève. Depuis trois ans, on publie le texte gagnant du prix Clément-Marchand qui récompense le texte d’un auteur qui n’a jamais été publié dans une maison d’édition. On s’est dit qu’on devrait avoir l’équivalent pour la section des arts visuels », explique Ariane Gélinas, adjointe à la coordination et aux communications au Sabord.

Le prix est nommé en l’honneur de l’artiste multidisciplinaire Louise Paillé qui s’est investie de façon significative dans le milieu culturel et qui a favorisé l’essor de la carrière d’un grand nombre d’artistes de la relève. Elle compte également à son actif plus de 40 expositions collectives ou individuelles au Québec et à l’étranger.

« C’est une joie de prêter mon nom à ce prix. J’ai été très surprise également. C’est une grande joie de continuer à participer à mon engagement culturel, surtout en arts visuels. L’écrit a toujours été important dans ma démarche de création », souligne Louise Paillé.

« Quand on sort de l’école comme artiste, c’est un peu comme perdre pied, ne pas trop savoir où aller, ajoute-t-elle. Ils sont habitués d’être encadrés à l’école. Un prix comme celui-ci peut les motiver pour travailler et ça les amène dans le processus qu’ils vont entamer tout le temps de leur vie, à toujours devoir refaire leurs preuves. Le prix n’est pas nécessairement une somme d’argent, mais une participation qui permet d’entrer en contact avec des organismes comme Le Sabord et l’Atelier Silex, de même que la résidence, où je viendrai rencontrer l’artiste gagnant. »

La date limite pour soumettre un dossier est le 29 novembre.Le concours s’adresse aux artistes en arts visuels du Québec qui ont gradué d’un diplôme universitaire de 1er ou de 2e cycle en arts visuels depuis un maximum de cinq ans ou qui possèdent une expérience significative. Les artistes ne doivent pas encore avoir exposé en solo dans une galerie d’art ou un musée. Les règlements du concours sont disponibles au www.ateliersilex.org/prix-louise-paille.

La décision du jury, formé de trois spécialistes en arts visuels sélectionnés par Le Sabord et l’Atelier Silex, sera rendue en janvier.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires