Relais pour la vie : Saint-Stanislas souligne le combat des Guillemette

Photo de Audrey Leblanc
Par Audrey Leblanc
Relais pour la vie : Saint-Stanislas souligne le combat des Guillemette
Gérard Bruneau, préfet de la MRC des Chenaux, Lise Déry du comité organisateur, le maire Luc Pellerin, Raymonde Bordeleau du comité organisateur, Louis Guillemette et son épouse Suzanne Lafrenière. (Photo : Audrey Leblanc)

SAINT-STANISLAS. Le 8e Relais pour la vie de la MRC des Chenaux se tiendra le 25 mai à Saint-Stanislas. Un sens particulier est donné à l’événement cette année puisque le président d’honneur est Louis Guillemette, le frère de l’ex-maire Alain Guillemette qui a perdu son combat contre la maladie.

Il faut dire que Louis Guillemette est lui aussi un battant. À l’âge de 6 ans, on lui a diagnostiqué une leucémie. «J’ai été hospitalisé pendant un mois, raconte-t-il. J’ai eu plusieurs traitements, mais je me suis remis. Mais à 16 ans, j’ai eu une rechute. Encore une fois, je m’en suis remis. Jusqu’en 2010 où on a dû m’enlever la glande thyroïde.»

«En 2011, j’ai appris que j’avais une tumeur frontale, poursuit ce dernier. J’ai eu une première opération. Trois semaines plus tard, j’apprends que j’ai une bulle d’air au cerveau. J’ai été opéré une deuxième fois au cerveau. En 2016, on m’a opéré une troisième fois. Un champignon s’était logé sur mon front. Comme ils n’ont pas pu l’enlever complètement, j’ai dû être réopéré trois semaines plus tard.»

Croyez-le ou non, en 2017, Louis Guillemette a subi une cinquième opération. Mais contrairement aux précédentes, celle-ci était joyeuse. «Après la troisième opération que j’ai eue au cerveau, les médecins ne pouvaient pas remettre en place l’os de mon front qu’ils enlevaient chaque fois. J’ai donc vécu un an avec un trou dans le front et cette cinquième opération servait à remplir le trou», explique-t-il.

Louis Guillemette est donc bien placé pour savoir tout ce qu’implique de vivre avec la maladie. Douleurs multiples, stress et inquiétudes, il est passé par toute une gamme d’émotions. «Mais la maladie fait aussi en sorte qu’on puise au fond de nous-mêmes pour aller chercher la force nécessaire. On y découvre du positif malgré tout, comme du courage, de la persévérance, de la patience et de la résilience», énumère M. Guillemette.

Il est la preuve vivante que la recherche médicale peut sauver des vies. C’est l’une des raisons pour lesquelles il a accepté la présidence d’honneur du Relais pour la vie de la MRC des Chenaux.

Objectif de 80 000 $

L’objectif cette année est d’amasser 80 000 $ et mobiliser 25 équipes. De plus, le comité organisateur, composé de 22 personnes et deux coprésidentes, a l’ambition de vendre 1 500 luminaires.

Les gens qui désirent former une équipe peuvent assister à une séance d’information, le 19 février à 19h à la salle des Chevaliers de Colomb de Saint-Stanislas (33, rue du Pont).

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de