Réduire le gaspillage alimentaire avec Des Chenaux Récolte

Photo de Stéphanie Paradis
Par Stéphanie Paradis
Réduire le gaspillage alimentaire avec Des Chenaux Récolte
Magaly Macia, chargée de projet pour Des Chenaux Récolte. (Photo : Stéphanie Paradis)

Après sa troisième année d’activité, Maski Récolte fait des petits ailleurs en Mauricie. En effet, pour la saison 2020, c’est également la MRC des Chenaux qui tentera de sauver les surplus de récoltes grâce à l’initiative Des Chenaux Récolte.

Le projet conjoint entre la MRC des Chenaux et la SADC de la Vallée de la Batiscan veut favoriser l’économie de partage et réduire le gaspillage alimentaire. « C’est rassurant de se dire qu’on peut faire quelque chose pour contrer le gaspillage, et c’est un pas de plus pour une MRC durable et soucieuse de son empreinte environnementale », précise Magaly Macia, chargée de projet pour Des Chenaux Récolte.

Le principe de Des Chenaux récolte est simple. Des bénévoles se présenteront chez les maraîchers participants après la récolte afin de glaner, c’est-à-dire de récupérer le surplus agricole. Mme Macia souhaite également toucher les citoyens qui ont des potagers ou des arbres fruitiers qui produisent beaucoup.

Ainsi, de juillet à octobre, il sera possible de participer à des activités de glanage. Les récoltes seront partagées équitablement entre les bénévoles, les maraichers et des organismes de la région qui tentent d’améliorer l’accessibilité alimentaire.

Dans la région, il serait par exemple possible de cueillir des fraises, des bleuets, du chou, des courges, des pommes, des pommes de terre, du maïs ou encore des oignons.

Un plus pour les maraichers

Magaly Macia explique que la surproduction, une erreur de gestion ou une question de rentabilité peuvent venir justifier que des fruits ou des légumes demeurent dans les champs après la récolte des producteurs. Ce qui sera récolté par les bénévoles ne l’aurait donc pas été autrement.

Également, les maraichers profiteront d’une visibilité différente. « Beaucoup ne savent pas comment on ramasse des légumes! Ça permettra aux bénévoles de constater comment ça se passe dans les champs et même de comprendre les enjeux que vivent les maraichers, réalité que ces derniers ont rarement la chance de pouvoir partager », souligne Mme Macia.

D’ailleurs, Laurence Bédard de Maski Récolte témoignait que certains maraichers avouaient être contents d’avoir du monde dans leurs champs, parce qu’ils vivent souvent une forme d’isolement.

Une démarche solidaire de Maskinongé à Des Chenaux

Maski Récolte est d’ailleurs une ressource précieuse et inestimable pour le déploiement de Des Chenaux Récolte, aux dires de Magaly Macia, chargée de projet. « C’est plus que de l’aide! On a un soutien, on utilise des exemples de documents qu’ils ont faits, des listes de matériels. C’est une source incroyable et une très belle entraide intelligente de la part de Maskinongé », explique cette dernière.

L’an dernier, Maski Récolte a amassé 8 tonnes de fruits et de légumes, soit 7 tonnes de plus que lors de leur première année d’activité. Cela donne bon espoir à Mme Macia d’aller au-delà d’une tonne, étant donné que le concept est désormais mieux connu en Mauricie et que la cellule des Chenaux démarre avec les outils de Maskinongé en main.

Mme Macia a une grande confiance dans le projet. « Ça me semble impossible que ce ne soit pas mis en place, ça voudrait dire que personne ne voudrait participer, ce qui est inimaginable. Je vois plutôt beaucoup d’enthousiasme autour de moi! », s’exclame-t-elle.

Pour l’instant, les maraichers participants n’ont pas encore été déterminés, et les inscriptions pour les bénévoles-cueilleurs sont ouvertes. Il est possible d’obtenir des informations supplémentaires sur la page Facebook de Des Chenaux Récolte.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de