Rang Saint-Joseph : encore un peu de patience

Photo de Audrey Leblanc
Par Audrey Leblanc
Rang Saint-Joseph : encore un peu de patience

SAINT-MAURICE. Les automobilistes qui avaient l’habitude d’emprunter le rang Saint-Joseph entre Saint-Maurice et Saint-Luc-de-Vincennes devront faire preuve d’encore un peu de patience. Des options pour réparer la route ont été présentées au ministère de la Sécurité publique qui doit maintenant se prononcer.

Rappelons qu’en avril 2017, un important glissement de terrain a endommagé le rang Saint-Joseph, à Saint-Maurice, créant une cavité profonde d’environ 20 pieds. Depuis, la route est fermée à cet endroit.

«Des études ont été faites par des experts qui nous ont présenté les différentes options qui s’offrent à nous, indique le maire de Saint-Maurice, Gérard Bruneau. C’est ce qu’on a remis au ministère. Grosso modo, on est face à trois scénarios : la route reste à la même place, on procède à l’empierrement du ruisseau ou on fait dévier la route en empruntant une partie du champ d’à côté.»

Si cette dernière option est celle choisie, des procédures auprès de la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) devront être entreprises afin d’obtenir les autorisations nécessaires.

«Selon le scénario sélectionné, il y aura plus ou moins d’empierrement à faire, précise M. Bruneau. Maintenant, le ministère doit prendre en compte les scénarios et nous revenir avec une décision pour qu’on puisse aller en appel d’offres par la suite.»

«Il y a un partage des coûts dans ce dossier, ajoute ce dernier. L’implication du gouvernement peut jouer aux alentours de 75 % de la facture, mais ça restera à voir en temps et lieu. Pour le moment, on ne connait pas le montant des travaux, on devra attendre la fin de l’appel d’offres pour se prononcer là-dessus.»

Évidemment, le maire espère que les travaux se réalisent le plus rapidement possible, mais pour l’instant, il lui est impossible de fixer un échéancier. Il sera plus en mesure de se prononcer lorsqu’il sera mis au courant de la décision du ministère.

Quant aux citoyens du secteur, ils ont été rencontrés en 2018 pour qu’on leur expose l’état de la situation. Il n’est pas exclu de tenir une autre rencontre lorsque la Municipalité détiendra tous les détails du projet.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de