Quel avenir pour le Pont Bordeleau?

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Quel avenir pour le Pont Bordeleau?
Pour les résidents habitant à proximité du pont couvert, la fermeture du lien nécessite un détour de 6 km pour accéder au cœur du village de Saint-Séverin. (Photo : L'Hebdo / Bernard Lepage)

PATRIMOINE. Fermé depuis le 6 octobre 2017, est-ce que les voitures circuleront encore un jour sur le Pont couvert Bordeleau à Saint-Séverin?

À l’été 2018, la municipalité adoptait une résolution demandant au ministère des Transports du Québec (MTQ) d’entreprendre les travaux pour le restaurer. Les élus sévérinois enjoignaient du même coup leurs confrères et consœurs de Saint-Tite, Hérouxville et Saint-Adelphe, de même que le Festival Western de St-Tite, à les appuyer dans leur démarche.

Silence radio au MTQ jusqu’au début du mois d’avril dernier alors qu’était déposé une évaluation patrimoniale de la structure en bois construite en 1932, l’un des 82 ponts couverts recensés au Québec. «Nous en sommes à analyser les résultats de l’étude et à regarder les options qui s’offrent à nous», a déclaré à L’Hebdo Mila Roy, porte-parole du ministère, sans donner plus de détails.

Le 31 mai prochain, dans le cadre de sa tournée annuel des élus, le MTQ s’arrêtera à Saint-Tite rencontrer les maires de la MRC de Mékinac et la question sera à l’ordre du jour.

Problème structurel important

Le 27 septembre 2017, deux inspecteurs du ministère étaient venus analyser la structure du pont et leur rapport déposé dans les jours suivants avait emmené la direction régionale à imposer la fermeture immédiate du lien.  Dans le document, il est écrit que «le pont présente une dégradation structurale très importante. La poutre 1 présente des pièces sectionnées dans la corde inférieure et les diagonales. Des chargements dépassant la capacité de 5 tonnes circulent sur le pont et causent ce problème.»

Il est en effet de notoriété publique que le pont rouge enjambant la rivière des Envies était souvent utilisé par des agriculteurs du secteur avec des tracteurs dont le poids excédait la charge autorisée. La route Bordeleau était aussi un raccourci populaire en septembre pour les propriétaires de VR prenant la route du Festival Western de St-Tite. Même les gabarits installés aux deux extrémités du pont pour limiter la hauteur des véhicules étaient souvent retrouvés par terre sur le côté de la route.

Le réparer… ou le déplacer

Compte tenu que le Pont Bordeleau a déjà fait l’objet de réparations importantes en 1997, 2001 et 2010 et qu’il se retrouve encore dans un état précaire aujourd’hui, que fera le ministère chargé de son entretien?

Le Pont Bordeleau en 1988.

Auteur du livre de référence sur le sujet (Les ponts couverts au Québec / Publications du Québec / 2005), Gérald Arbour exclut d’office la démolition. «Du fait de leur rareté, les ponts couverts encore existants ont tous un intérêt patrimonial», tranche le spécialiste de la question au Québec. En effet, entre 1845 et 1958, il s’est construit environ 1000 ponts couverts dans la province et moins de 8% subsiste encore aujourd’hui. La majorité ont été détruits dans les années 1960 et 1970 et ce n’est qu’au début des années 2000 que Québec a reconnu l’aspect historique de ces structures. «Les ponts couverts du Québec sont uniques. Ils diffèrent de ceux qu’on va trouver dans le Vermont ou en Pennsylvanie où ils ont été popularisés au début du XIXe siècle», explique M. Arbour.

Dans le cas du Pont Bordeleau, sa méthode de fabrication (Town élaboré) est la plus courante mais le ministère prendra en compte d’autres facteurs croit le spécialiste. «Ils vont regarder son année de construction et sa dispersion dans la région, c’est-à-dire que si c’est le dernier dans le secteur, il va monter en grade.» En Mauricie, outre celui de Saint-Séverin, il existe trois autres ponts rouges: un à Saint-Mathieu-du-Parc (1936) et deux à La Bostonnais (1946), en Haute-Mauricie.

Dans l’éventualité où la réparation serait écartée, le pont couvert pourrait être relocalisé et conservé comme vestige mais interdit à la circulation. C’est ce qui est arrivé au Pont Bolduc, à Sainte-Clotilde-de-Beauce, qui a été déplacé de quelques mètres pour permettra la construction d’un nouveau pont. À Saint-Anaclet-de-Lessard en 2017, dans la région du Bas-Saint-Laurent, le MTQ a carrément déplacé à ses frais le pont couvert pour l’installer dans un parc municipal… sans cours d’eau où il a été transformé en centre d’interprétation.

À l’inverse, le gouvernement du Québec a octroyé en 2018 la somme de 5 millions$ pour remettre en état le Pont Félix-Gabriel-Marchand, en Outaouais. Postes Canada émettra d’ailleurs un timbre en juin prochain pour commémorer ce pont couvert construit en 1898 et d’une longueur de 488 pieds, ce qui en fait le plus long au Québec, bien au-delà des 111 pieds du Pont Bordeleau…

82 ponts couverts au Québec

  • 62 ouverts à la circulation
  • 12 désaffectés
  • 6 fermés en attente de statut
  • 2 en ruines

 

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
0 Comment authors
Recent comment authors
  S'inscrire  
newest oldest most voted
Notifier de
trackback

[…] Quel avenir pour le pont Bordeleau? […]