Projet d’envergure visé au parc de la Gabelle

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt
Projet d’envergure visé au parc de la Gabelle
Notre-Dame-du-Mont-Carmel désire implanter des attraits pour le développement récréotouristique du parc de la Gabelle. (Photo : courtoisie)

NOTRE-DAME-DU-MONT-CARMEL. Une importante réunion est prévue à 19h le 27 janvier prochain à l’Hôtel de Ville de Notre-Dame-du-Mont-Carmel qui permettra de créer une nouvelle Corporation de développement de La Gabelle qui permettra de mettre en place un projet récréotouristique d’envergure.

Cette nouvelle corporation prendra le relais de la Corporation récréotouristique qui a été dissoute l’année dernière comme elle n’était plus active.

Le directeur loisirs et culture et communications à la municipalité, Guy-Luc Beaupré, indique qu’il n’est pas question pour cette nouvelle Corporation pour le développement de La Gabelle de s’immiscer dans le débat entourant le lien interrives. «Ça ne concerne pas du tout une prise de position pour la fermeture ou la réouverture du lien interrives. Ce n’est pas un comité de revendication. C’est plutôt un comité pour le développement du parc. Le parc détient un immense potentiel récréotouristique, sportif et environnemental.»

Les membres de la nouvelle corporation seront des citoyens et aucun siège n’est attitré pour des élus ou partenaires. La corporation devra valider le projet de développement avant de frapper à la porte des différentes instances pour le financement.

«On a des projets d’envergure, ajoute M. Beaupré. Tout ce qu’il y a présentement dans le parc c’est un sentier pédestre qui mène jusqu’aux limites de la Ville de Shawinigan. On attend après la Ville de Shawinigan afin qu’elle complète la portion pour se rendre jusqu’au Parc de l’île Melville. Ce sentier est très populaire et il longe la rivière Saint-Maurice. On retrouve des marcheurs tous les jours, été comme hiver. Mais on ne base pas le développement d’un parc seulement autour d’un sentier. Nous avons une scène de 54 pieds dans le parc qui peut servir de belvédère pour une vue sur la rivière Saint-Maurice, mais elle dort. Il y a des œuvres d’art dans le parc qui ont été créées par des artistes internationaux lors d’un symposium en 2000 et 2001. Ces œuvres d’art sont cachées dans la forêt, elles sont là et elles dorment. Nous avons un potentiel énorme.»

Guy-Luc Beaupré n’a pas voulu trop s’avancer sur les idées de la municipalité, puisque le tout devra être accepté par les membres de la nouvelle corporation. Sept membres seront élus lors de la soirée de création de la corporation le 27 janvier.

«On vise à attirer les gens de la Mauricie, mais aussi hors de la région pour un séjour d’une où deux nuitées pour découvrir le par cet ensuite se diriger vers Trois-Rivières ou Shawinigan voir d’autres attraits. On pense qu’on a le potentiel pour devenir un attrait touristique provincial. On vise gros! C’est certain que le développement du parc se fera en collaboration avec Hydro-Québec, comme le terrain leur appartient.»

Le directeur avance que l’objectif est d’avoir des infrastructures dans le parc pour l’été 2021.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de