Prévention du suicide : une campagne de sociofinancement pour aider les jeunes

Par Rédaction Mékinac-Chenaux
Prévention du suicide : une campagne de sociofinancement pour aider les jeunes

COMMUNAUTÉ. Au-delà des répercussions sanitaires et économiques, la pandémie liée à la COVID-19 a aussi eu des répercussions sociales au sein de la population, particulièrement pour la jeunesse. De nombreux jeunes adultes sont à la recherche de solutions pour garder la tête hors de l’eau et améliorer leur état psychologique. C’est dans ce contexte que le Centre de prévention du suicide Accalmie lance une campagne de financement participatif sur la plateforme de La Ruche Mauricie.

La campagne Osez en parler a pour objectif d’amasser 30 000$ fin de venir en aide aux jeunes de 15 à 29 ans et leur entourage qui ont vécu ou qui vivent des problématiques liées au suicide.

Le Centre de prévention du suicide Accalmie a soutenu plus de 4000 demandes d’aide au cours des dernières semaines de la pandémie, dont près de 1500 directement ciblées pour la jeunesse.

« Le but de cette campagne est d’agir pour demain en permettant aux jeunes de 15 à 29 ans de se sentir respectés, écoutés et de bénéficier d’une place où s’ouvrir et surmonter les difficultés de la vie sans jugement. Le suicide est évitable, pourtant toutes les 40 secondes, une personne se suicide et bien plus tentent de mettre fin à leurs jours. Il touche plus particulièrement les jeunes chez qui il constitue la deuxième cause de mortalité à l’échelle mondiale», souligne Patrice Larin, directeur général du Centre de prévention du suicide Accalmie.

La campagne de financement participatif vise à mettre les jeunes en lumière, à faire tomber les tabous entourant la santé mentale et à briser l’isolement.

«Les impacts de la pandémie ne sont pas sans conséquence et peuvent mener à des idées suicidaires souvent associées à des comportements d’isolement, d’incompréhension, d’insécurité et d’impasse. En les interpellant par ce projet, l’entourage et la communauté sont sensibilisés à avoir un regard positif sur la jeunesse en y apportant le soutien nécessaire pour son développement», ajoute Mylène Davignon, responsable du développement philanthropique à la Fondation et au Centre de prévention du suicide Accalmie.

La campagne de financement participatif étant admissible au Fonds Mille et UN pour la jeunesse COVID-19, une contribution supplémentaire pouvant totaliser un maximum de 30 000$ sera versée aux promoteurs de la campagne.

Pour soutenir la campagne de financement participatif : https://laruchequebec.com/projet/osez-parler-1-866-appelle-7606/. Celle-ci se déroule jusqu’au 13 septembre.

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires