Cultiver avec le modèle forestier

Stéphane Lamanna
Cultiver avec le modèle forestier

CHRONIQUE. L’agriculture apportée en Amérique par les colons a débuté par l’éradication des forêts. Les arbres coupés étaient utilisés pour fabriquer les maisons, les meubles, les charrettes, les moulins et machines industrielles à aubes, à vapeur et beaucoup de beaux bois nobles ont été exportés en Europe.

Les forêt décimées ont été nivelées et semées de plantes fourragères, puis l’agriculture québécoise fit ses débuts. La terre était très riche et les nutriments de la couche d’humus étaient abondants.

Avec les décennies, les terres cultivées se sont agrandies au détriment des forêts. Après la seconde guerre mondiale, les entreprises d’armement ne pouvant plus vendre leurs produits, se sont tournées vers l’ingénierie agricole. Les pesticides, les engrais synthétiques, les graines modifiées génétiquement puis enrobées, ont peu à peu remplacées les techniques de cultures ancestrales et de régénération des sols.

Les terres qui ont été abusées ne sont plus suffisamment fertiles. Les champs de monocultures sont facilement sujets à des épidémies de bestioles ou de maladies. Ce modèle de culture semblerait révolu. Néanmoins, il faudra que l’agroforesterie fasse suffisamment ses preuves avant que tous les cultivateurs ne se tournent vers elle. Cela pourra prendre encore plusieurs années.

La planète n’aura pas le temps d’attendre. La nouvelle tendance à l’échèle mondiale serait de cultiver avec le modèle de la forêt. L’agroforesterie ou sa cousine la permaculture proposent des méthodes plus stratégiques, et prévoient notamment la régénérescence des sols, et l’épanouissement des populations.

Le modèle établi des monocultures

En regardant les champs de culture actuels, on constate qu’ils sont très étendus, parfois à perte de vue. Ils nécessitent des grosses machineries. Le vent peut facilement prendre de la vitesse car il n’y a aucun obstacle pour le ralentir. L’irrigation des terres plates ne permet pas d’accumuler l’eau de pluie et des fossés sont creusés pour évacuer l’eau. Les canicules et les sécheresses auront plus de chances d’affecter les cultures.

Que propose l’agroforesterie ?

Pour contrer le vent, plusieurs fermes ont commencées il y a plusieurs années à planter des rangs d’arbres obstacles. Ces arbres souvent en forme de colonnes servaient juste à ralentir le vent.

Petit à petit, ils ont poussé et sont devenus grands. Ils ont commencé à faire de l’ombre dans les champs. Bien qu’ils empêchent les rayons du soleil d’arriver sur les plants de la monoculture, leurs ombrages ralentissaient l’évaporation du sol.  Plusieurs types de végétaux acceptent une période d’ombre dans la journée sans trop de problèmes.

Certains cultivateurs ont commencés à planter des arbres à noix ou des arbres fruitiers comme brise vent et ont obtenus une récolte alternative du même coup.

La permaculture va plus loin et imite le modèle forestier

Le mot vient des concepts de « culture permanente ». Des pommiers, par exemple, vont produire année après année. Des noix, des prunes et la majorité des arbres et arbustes fruitiers feront de même. Donc en semant une fois, on récoltera en permanence.

Fonctionnement

Le concept va plus loin dans la stratégie de culture.

Voici comment ça fonctionne en bref :

On plante un grand arbre qui va protéger du vent un arbre moins grand. Celui-ci va abriter des arbustes, qui vont couver des petits fruits. Plus bas, on retrouvera des fines herbes et des champignons, qui vont unir les végétaux afin d’augmenter leur croissance et leur santé.

Plusieurs études et expériences ont fait la preuve d’agencements qui fonctionnent bien. On appelle des guildes, des ensembles de plantes agencées d’une manière stratégique pour s’entraider à bien produire.

Les principes qui gouvernent la permaculture comptent les brises vent, des arbres de toutes tailles, des arbustes, des couvre-sol, des légumes (grimpants, potager et racines), des champignons, des plantes fixatrices d’azote (de l’air vers le sol), des appâts à insectes, des fruits sacrificiels pour nourrir les oiseaux qui mangent les insectes, et bien plus encore. Tous ces végétaux sont agencés pour qu’il n’y ait pas deux arbres identiques côte à côte. C’est un moyen d’éviter les épidémies d’insectes ravageurs.

J’ai été invité à partager mes connaissances, présenter mes réalisations et mes projets ainsi que la situation permaculturelle et la nouvelle réalité climatique québécoise au 4ième congrès international d’agroforesterie qui se déroule tous les 4 ans, et cette fois, c’est en France à Montpellier.

Ce congrès rassemble des scientifiques et des cultivateurs venus d’une centaine de pays. Plusieurs de ces pays tentent de faire pousser des petites céréales dans un sol très pauvre dans des régions où il ne pleut presque pas, afin de pouvoir nourrir leur population vivant dans la famine.

Cela serait une occasion vraiment fantastique de présenter à ces gens toute l’abondance de fertilité de nos terres, de l’opulence végétale et forestière ainsi que les conditions climatiques moins arides que nous avons ici au Québec. Mais comment leur faire comprendre que nous gaspillons l’eau potable, éradiquons des forêts et coulons des bases de béton sur des terres arabes très fertiles pour y construire des condos. Nous avons des pluies abondantes et des saisons distinctes. L’électricité ne coute pas cher ce qui est facilitant pour les cultivateurs.

Avec notre printemps qui s’installe au ralenti, démarrer une permaculture en autofinancement ne laisse pas de répit. Je dois remercier les organisateur de leur l’offre et je serai bien motivé et fier de présenter à la population Montpelléenne et aux scientifiques et agriculteurs internationaux, mon kiosque lors de la journée grand public “Des arbres dans nos assiettes”.

______________

Stéphane Lamanna est un mycologue amateur de Grandes-Piles et membre du Cercle des mycologues de Lanaudière et la Mauricie.  Au fil de ses chroniques, il souhaite partager sa passion de l’étude des champignons et de leurs propriétés insoupçonnées.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Francine
Francine
3 années

On dit une terre arable !!!