Les Montaubains retrouvent leur épicerie

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Les Montaubains retrouvent leur épicerie
Entourant les propriétaires de Dépann-Ô-Chalet, Manon Arsenault et Éric Trépanier, on retrouve en partant de la gauche: Sonia Lebel (députée de Champlain), Bernard Thompson (préfet de la MRC de Mékinac), Serge Deraspe (maire de Notre-Dame-de-Montauban) et Robert Lalonde (préfet de la MRC de Maskinongé et président du Conseil des élus de la Mauricie). (Photo : Courtoisie)

NOTRE-DAME-DE-MONTAUBAN. Après plus de 20 mois sans marché d’alimentation, la population de Notre-Dame-de-Montauban a retrouvé il y a quelques semaines un nouveau service alimentaire hybride combinant épicerie et dépanneur.

Associé à la bannière Beau-soir, Dépann-Ô-Chalet offre également un comptoir de prêt-à-manger, une agence de la SAQ, un point de vente Loto-Québec, une section Les Aliments M&M Express, une borne de recharge électrique et une station à essence Sonic.

La réouverture de l’épicerie du village est l’initiative de Manon Arsenault et Éric Trépanier, un couple qui opérait un restaurant à Deux-Montagnes. «Nous avons un chalet ici depuis trente ans. Mon père est natif de la place, expliquait Mme Arsenault qui s’est sentie interpellée dès la fermeture de l’épicerie à l’automne 2019.

Après quelques rencontres avec le maire Serge Deraspe, des discussions avec des partenaires financiers et un plan d’affaires qui tenait la route, le couple a tout vendu ses biens dans les Laurentides pour venir s’établir en février dernier à temps plein au village. «Aujourd’hui, je suis fier de faire partie de Notre-Dame-de-Montauban», a déclaré la femme entrepreneure sous les applaudissements nourris des gens venus participer à l’inauguration officielle le 25 juin dernier.

Le maire Serge Deraspe ne cachait pas non plus sa fierté devant l’aboutissement heureux de nombreux mois d’efforts. «Enfin, a-t-il lancé avec un soupir de soulagement. C’est un grand jour.»

Par le biais du Comité de promotion et de développement de Notre-Dame-de-Montauban (CPDNDM), la communauté et les entrepreneurs locaux se sont aussi investis, en bénévolat et en dons, dans le redémarrage de l’épicerie du village. Son président Fernand Lavoie y a consacré notamment des centaines d’heures dans les derniers mois. «Nous avons une population tissée serrée ici. Ensemble, nous avons réussi. Nous y avons mis tout notre cœur», a-t-il déclaré avec émotion.

Dépann-Ô-Chalet a nécessité des investissements de près de 250 000$, dont 160 000$ proviennent de différents programmes administrés par la MRC de Mékinac. Un montant de 50 000$ a été alloué par la Table des élus de la Mauricie via l’Entente sectorielle de développement en matière de soutien aux services de proximité. La députée de Champlain et présidente du Conseil du trésor, Sonia Lebel, s’est aussi impliquée pour près de 40 000$ en utilisant son budget discrétionnaire, mais en sollicitant aussi ceux des ministres Andrée Laforest (Affaires municipales), André Lamontagne (Agriculture, Pêcheries et Alimentation), Jean Boulet (Travail, Emploi et Solidarité sociale) et même du premier ministre François Legault. ¸

Prenant la parole, le préfet de la MRC de Mékinac, Bernard Thompson, a relevé l’importance d’une épicerie dans une communauté. «Les services de proximité sont un enjeu dans un village éloigné. Viens un temps où tu perds ton école, ta caisse populaire, ton guichet automatique, ta station-service, mais quand l’épicerie ferme, c’est l’âme du village qui vient de partir. Notre-Dame-de-Montauban est un bel exemple de solidarité dans la MRC de Mékinac», a complimenté le maire de Hérouxville.

Soulignons que c’est aussi au Dépann-Ô-Chalet que les touristes et villégiateurs auront accès à l’Accueil Montauban pour obtenir plus d’informations sur les différents attraits de la municipalité comme la rivière Batiscan, le parc des Chutes, le sentier national ou la presqu’île Bélanger.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires