Le travail d’une artiste stanoise mis en lumière

Photo de Audrey Leblanc
Par Audrey Leblanc
Le travail d’une artiste stanoise mis en lumière
Chloé Germain-Thérien tenant dans ses mains le livre «Derrière les yeux de Billy» qu'elle a illustré. (Photo : Audrey Leblanc)

SAINT-STANISLAS. Artiste multidisciplinaire établie à Saint-Stanislas, Chloé Germain-Thérien a lancé sa carrière d’illustratrice en force. Son premier gros contrat, le livre jeunesse «Derrière les yeux de Billy», a reçu dernièrement le prix Espiègle, qui met en valeur des publications québécoises se démarquant par leurs sujets et la façon de les traiter.

Ce prix a été décerné le 30 mars dernier par l’Association pour la promotion des services documentaires scolaires (APSDS).

«C’est avec le livre Derrière les yeux de Billy que je me suis lancée dans cette nouvelle voie, raconte Chloé. C’est le premier livre jeunesse de Vincent Bolduc et mon premier gros contrat en illustration. Ç’a été comme un petit bébé qu’on a porté ensemble.»

«De mon côté, le travail a duré presque un an, poursuit cette dernière. Depuis, j’ai illustré environ cinq autres livres jeunesse. Je fais aussi  des illustrations pour des entreprises, des groupes communautaires, etc.»

Chloé a toujours eu cette passion pour le dessin, mais elle s’y consacre professionnellement de façon intensive depuis deux ans sous le pseudonyme Chloloula. «J’ai une maîtrise en arts visuels. J’ai fait, entre autres, des documentaires et des films d’animation. J’ai aussi fait de la bande dessinée, mais j’ai toujours eu ce rêve-là de faire de l’illustration. Et la naissance de ma fille m’a orientée vers l’illustration jeunesse», mentionne l’artiste.

Ce qu’elle aime de ce métier, c’est qu’elle utilise son art pour représenter des émotions parfois difficiles à mettre en mots. «On peut toucher des zones qu’on ne pourrait pas toucher autrement que par l’image. Ça peut nous faire vibrer d’une façon différente, explique-t-elle. J’essaie toujours d’inclure des éléments comme des animaux qui vont permettre aux enfants d’explorer. Je veux qu’ils aient plein de choses à regarder avant de tourner la page.»

Dans les coulisses

Lorsqu’elle décroche un contrat pour illustrer des livres, elle reçoit d’abord le texte écrit par l’auteur. Certains lui donnent carte blanche alors que d’autres ont déjà une idée précise de ce qu’ils veulent voir à chaque page.

«Quand c’est à ma guise, je regarde le texte et je me fais un champ lexical. Parfois, je vois une phrase et je sais tout de suite ce que je vais illustrer. Parfois, je fais des croquis jusqu’à ce que j’obtienne le résultat souhaité. J’envoie ensuite les esquisses au client et j’apporte des corrections au besoin», énumère Chloé.

Bien qu’elle ne puisse pas encore en vivre complètement, ses images deviennent, petit à petit, une source de revenus intéressante. «C’est un beau métier, mais il faut de la persévérance et il faut y croire. En deux ans, j’ai fait beaucoup de chemin», lance celle qui aimerait aussi un jour illustrer des livres pour adultes.

«Ce serait une corde de plus à mon arc. J’ai encore beaucoup à explorer dans l’illustration. J’ai envie de développer mon langage et ma signature», conclut-elle.

Pour voir le travail de l’artiste, les curieux peuvent consulter, en ligne, la boutique Etsy Chloloula.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de