Le projet de relance de la scierie Groleau avorte

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Le projet de relance de la scierie Groleau avorte
L’entreprise Cèdart-Tech, qui œuvrait notamment dans la fabrication de planchers de cèdre, comptait une dizaine d’employés au moment de cesser ses opérations en 2017. (Photo : Archives L'Hebdo)

SAINTE-THÈCLE. Les Entreprises Barrette qui avait acquis en juin 2018 les actifs de Cédart-Tech à Sainte-Thècle en vue de relancer les opérations retirent maintenant ses billes.

L’entreprise de Saint-Jean-sur-Richelieu n’a obtenu son certificat du ministère de l’Environnement qu’en janvier dernier et dans le laps de temps entre son projet de redémarrage et l’approbation gouvernementale pour aller de l’avant, le prix du bois de sciage a chuté de près de moitié, passant de 700$ du 1000 pieds à 380$.

Dans le contexte où Les Entreprises Barrette exploite déjà d’autres scieries au Québec et qu’elles ne tournent pas à pleine capacité, le repreneur a décidé de remettre en vente les actifs qu’il avait achetés six mois plus tôt.

En août dernier, Hugues Simon, président de Barrette-Bois, confiait à L’Hebdo que le projet de relance devrait créer une trentaine d’emplois. «Le bois résineux de la scierie de Sainte-Thècle sera envoyé dans nos installations de Saint-Jean-sur-Richelieu et Roberval pour servir à la fabrication de clôtures, de planches de bois ou de sommiers», avait-il déclaré.

L’Hebdo a tenté de rejoindre Les Entreprises Barrette mais nos appels sont restés sans réponse. Du côté de la municipalité, le directeur général Louis Paillé confirme l’information tout en soulignant que des négociations sérieuses sont en cours impliquant un nouvel acquéreur.

Soulignons que bien que les bâtiments de ce qui était communément appelé la Scierie Groleau appartiennent à la Société d’infrastructure de Mékinac (SIM).

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de