Inspirés par l’attachement de Saint-Tite pour le cuir

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Inspirés par l’attachement de Saint-Tite pour le cuir
Une partie du groupe d'étudiants qui forment Les Durs à cuir. (Photo : L'Hebdo / Bernard Lepage)

CUIR. Une dizaine d’étudiants de l’école secondaire Paul-Le Jeune s’apprêtent à lancer une gamme de produits qui sont un beau clin d’œil à la filiation historique de Saint-Tite pour le cuir.

Regroupés au sein de l’entreprise Les Durs à cuir, ces élèves de secondaire II ont débuté cet hiver la production de bracelets et de porte-clés en cuir. Le matériau est évidemment naturellement associé à Saint-Tite grâce à ses entreprises Bottes Boulet et Gants Laurentide dont les origines remontent aux années 1930 et 1940.

Les adolescents ont d’ailleurs obtenu la collaboration du célèbre fabricant de bottes western pour démarrer leur production.

Les Durs à cuir se décline sous deux divisions: les bracelets et les porte-clés. Pour la fabrication de ces derniers, Bottes Boulet a installé dans un local de l’école Paul-Le Jeune un pressoir pneumatique chauffant servant à estamper le cuir. Pour leur première série, les étudiants-entrepreneurs ont utilisé un tampon à l’effigie du 50e de l’école de Saint-Tite.

En plus d’offrir plusieurs boîtes de retailles de cuir, du personnel de l’usine est venu directement sur place donner de la formation aux jeunes. Enveloppes Universelles a également collaboré en fournissant des anneaux et rivets pour compléter le produit. Les porte-clés se vendent au coût de 3$ l’unité ou de deux pour 5$. Grâce aux nombreux échantillons de cuir offerts par Boulet, la variété de couleurs est impressionnante. Éventuellement, des porte-clés aux emblèmes du Festival Western ou de la Ville de Saint-Tite pourraient être développés.

Du côté des bracelets, les jeunes ont là aussi réussi à obtenir la collaboration d’une joaillière pour démarrer leur production. La Shawiniganaise Isabelle St-Cyr, d’Ibiza Collection, est venue à l’école donner une formation aux jeunes élèves. La créatrice a même dévoilé son carnet de fournisseurs afin que Les Durs à cuir puisse se procurer des matériaux de qualité comme les lanières de cuir, les fermoirs et les glissoires. Le résultat est franchement impressionnant, n’ayant rien à envier aux bracelets similaires offerts dans les boutiques.

Une première série d’une trentaine de bracelets ont été produits avant les Fêtes et les entrepreneurs en herbe s’apprêtent à fabriquer une centaine d’autres, autant pour les femmes que les hommes. Vendus individuellement à l’intérieur d’une petite pochette de résille, les bracelets Les Durs à cuir se vendront 15$ l’unité.

Venue visiter la petite entreprise il y a quelques semaines, la mairesse de Saint-Tite a été très impressionnée par la créativité et l’esprit entrepreneurial des jeunes. Annie Pronovost s’est même engagée à délivrer le permis municipal permettant d’opérer un kiosque lors de la prochaine édition du Festival Western au coût de 40$ au lieu de 600$ en temps normal.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de