Festival Western: 50% des déchets recyclés

Par Audrey Leblanc

SAINT-TITE. Le Festival Western de St-Tite a déployé, au cours des dernières années, une stratégie de recyclage et de compostage sur ses sites. En cinq ans, l’organisation est passée de zéro matière recyclée à près de 50 %.

La première initiative de recyclage a été mise en place pour l’édition de 2014. Avant cela, absolument tous les déchets, de la boîte en carton à la pellicule plastique, se retrouvaient au site d’enfouissement.

« On a commencé à mettre en place des mesures écoresponsables pour notre édition de 2014. On partait de zéro à l’époque, raconte Francis Moreau, coordonnateur aux opérations pour le Festival Western de St-Tite. On a commencé à la base, en mettant en place de la récupération de cannettes et de contenants en carton et plastique. »

Pour l’accompagner dans le processus, l’organisation avait fait appel à une firme de Québec spécialisée dans tout ce qui touche à l’aspect sanitaire dans les événements. « Grâce à ces gens-là, on est passé dans un autre monde. Le gain a été énorme, soutient M. Moreau. On générait tellement de matières recyclables, comme des boîtes en carton, seulement avec les kiosques que c’était normal de poser ce geste. »

Au fil des ans, la stratégie a été peaufinée, si bien que lors de la dernière édition, en 2019, presque la moitié des déchets produits sur les sites du festival a été recyclée.

« On a fait des ajouts chaque année pour en arriver là, indique M. Moreau. Ça peut sembler banal, mais juste l’endroit où se trouvent les bacs de recyclage fait une grande différence. Par exemple, si quelqu’un finit de manger et veut se départir de ce qu’il a dans ses mains, il va regarder autour de lui et s’il y a seulement des poubelles, c’est fort probable que ce qu’il a dans les mains finisse à la poubelle même si c’est recyclable. »

En 2019, l’équipe du Festival Western a travaillé en collaboration avec Isadora Tremblay de la SADC pour poursuivre ses efforts en matière d’écoresponsabilité. « On était prêt à passer à un autre niveau et elle nous a aidés à cheminer là-dedans, indique M. Moreau. Pour notre édition de 2019, on avait eu une escouade verte lors de la deuxième fin de semaine afin de faire de la sensibilisation. On avait aussi mis en place un projet-pilote de compostage dans notre aire de restauration et celle réservée aux bénévoles. »

Axer sur le compostage

La pandémie a un peu freiné l’élan de l’organisation, mais celle-ci remet en marche son plan d’action. En 2020, l’équipe avait pour projet de travailler avec la Ville de Saint-Tite dans le but d’améliorer son ratio de matières recyclées.

« Cette année, c’est principalement sur ça et sur le compostage qu’on va s’attarder, précise le coordonnateur aux opérations. Avec la Ville, on veut harmoniser nos pratiques pour être encore plus efficace sur le recyclage. Il faut savoir que la Ville est responsable des rues et que de notre côté, on gère nos différents sites. On pense que ce serait encore plus facile pour les festivaliers si on a tous les deux la même stratégie déployée de la même façon, avec tant de poubelles et de bacs de récupération à des distances définies. On a une super belle collaboration avec la Ville et on est en train de regarder tout ça. »

Quant au compostage, l’organisation remarque qu’il y a encore beaucoup de sensibilisation et d’éducation à faire. Le projet-pilote de 2019 a permis de constater qu’il s’agit d’une option encore méconnue et abstraite pour bien des gens, surtout que le bac brun n’est pas encore arrivé dans la région. Malgré tout, l’équipe a la ferme intention de poursuivre ses efforts pour aider les festivaliers, les bénévoles et le personnel à développer le réflexe du compostage.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires