Défis du Parc: 2300 participants repoussent leurs limites

Par Rédaction Mékinac-Chenaux
Défis du Parc: 2300 participants repoussent leurs limites
(Photo : Défis du Parc - Olivier Croteau)

DÉFI. La 13e édition des Défis du Parc s’est clôturée ce dimanche avec les épreuves de triathlon et de course à pied. Pas moins de 2300 participants ont pris part à l’une des épreuves proposées.

Visant toujours à offrir une expérience unique à ses participants et à rendre les défis accessibles à tous, l’organisation a réussi son pari cette année encore, et ce, malgré enjeux posés par les travaux de réfection du parc national de la Mauricie.

«Nous sommes heureux de constater cette année la popularité notamment de notre Cyclosportive présentée par Sugoi de 57 kilomètres. Ce défi constitue la porte d’entrée pour ceux qui veulent découvrir l’expérience des Défis du Parc sans être des sportifs aguerris. Plus que jamais nous démocratisons le sport en offrant des défis à tous», souligne Marie-Josée Gervais, directrice générale et fondatrice des Défis du Parc.

Rappelons que d’importants travaux de réfection se déroulent depuis deux étés dans le Parc national de la Mauricie. Les Défis du Parc se sont donc transportés l’an dernier du côté de Saint-Mathieu-du-Parc. Cette année, on est revenu du côté de Saint-Jean-des-Piles, mais en raison des travaux sur la route qui ne sont pas encore terminés, on a dû adapter les parcours en conséquence.

C’est tout de même grâce à cette cure de jeunesse du Parc national que les cyclistes ont pu profiter d’une route nouvellement asphaltée pour réaliser leur défi.

Des parcours de vélo, de course et de triathlon réinventés étaient proposés aux participants. Par exemple, la course en sentier de 8 kilomètres s’est déroulée dans le secteur du lac Édouard. Les participants au triathlon ont pu vivre une toute nouvelle expérience en plongeant cette année dans le lac Édouard. Les parcours de vélos, dont la Cyclosportive présentée par Sugoi de 114 kilomètres, représentaient cette année un niveau de difficulté plus élevé.

Le Défi Groupe Maurice était de retour également cette année avec la participation de 200 aînés de partout au Québec le vendredi après-midi. Cette année, des familles se sont jointes à la marche qui se veut désormais intergénérationnelle et inclusive.

Les Défis du Parc ont également accompagné tout au long de l’année une équipe d’employés de la Société Laurentide qui souhaitaient adopter de meilleures habitudes de vie et s’initier au sport, grâce au programme «Se mettre en action pour un monde en équilibre». En tout, 40 employés de la Société Laurentide ont participé à l’épreuve de course à pied le 8 septembre lors des Défis du Parc.

Également, une équipe formée de nouveaux arrivants s’est aussi jointe au défi de 8 kilomètres de course. Quinze participants originaires de huit pays, incluant cinq Canadiens, ont participé à l’aventure. En plus d’adopter de saines habitudes de vie et de permettre aux nouveaux arrivants de découvrir le parc national de la Mauricie, l’équipe du SANA souhaitait sensibiliser tous les participants des Défis du Parc à la diversité culturelle.

Mission accomplie pour les Roses

L’équipe féminine les Roses participait cette année à son deuxième triathlon, cette fois sur un tout nouveau parcours. Une épreuve bonifiée qui comprenait 1000 mètres de nage en eau libre dans le lac Édouard, 30 kilomètres de vélo et 8 kilomètres de course sur le sentier en bordure du Lac Édouard.

2019 marquait également la première expérience des Roses des Pyrénées aux Défis du Parc. En effet, après avoir accueilli une délégation de l’Équipe féminine Les Roses en mai dernier, voilà que 12 Roses des Pyrénées ont à leur tour voyagé jusqu’au Québec pour prendre part au triathlon des Défis du Parc, aux côtés de leurs consoeurs roses.

«Pour la première promotion des Roses des Pyrénées, la boucle est bouclée. Après avoir relevé le défi du col d’Aspin dans les Pyrénées en mai dernier avec les Roses du Québec, elles viennent de vivre le duathlon et le triathlon des Défis du Parc, comme un couronnement de cette saison. Alors que beaucoup doutaient en novembre dernier de leurs capacités à participer à une épreuve sportive, à vélo ou en courant, elles ont toutes terminé leur course et leur parcours, un pas après l’autre, un coup de pédale à la fois, chacune à sa façon, comme le dit le slogan des Roses. Et toutes de conclure: c’est fou ce que cette aventure des Roses nous fait faire!», souligne Gisèle Vincent, cofondatrice des Roses des Pyrénées.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Notifier de