Entrepreneuriat, culture et lecture à l’avant-plan

Par _redaction shawinigan
Entrepreneuriat, culture et lecture à l’avant-plan
Le Salon du livre jeunesse aura lieu les 3 et 4 mai à l'école primaire La Providence. (Photo : (Photo gracieuseté))

Après plusieurs mois de travail acharné, les élèves de l’école primaire La Providence, de Saint-Tite, sont prêts pour leur Salon du livre jeunesse, qui aura lieu les 3 et 4 mai.

En tête d’affiche, nous retrouvons comme auteurs invités Nadine Poirier, Priska Poirier, Émilie Lussier, Dominique De Loppinot et le duo de bédéistes François St-Martin et Marc Bruneau. Ces auteurs animeront les ateliers auprès des jeunes visiteurs mais seront aussi présents pour une séance de dédicace lors de la soirée ouverte au public le 3 mai de 15h30 à 19h.

Forte de la première édition de l’an dernier, l’enseignante responsable du projet, Sophie-Renée Vaugeois n’a pas hésité une seule minute à remettre cette belle expérience en route avec de nouveaux élèves. «C’est motivant de voir les jeunes déployer autant d’effort afin de mettre en place un événement dédié à la lecture», mentionne-t-elle.

L’an dernier, un peu plus de 400 élèves ont pu bénéficier du salon. Cette année, toutes les écoles du territoire de Mékinac ont répondu oui à l’invitation. Ce sont donc plus de 960 élèves du primaire et du premier cycle du secondaire qui convergeront vers La Providence pour profiter non seulement du Salon du livre, mais aussi d’une rencontre avec un auteur ciblé selon leur groupe d’âge.

Fière de ses jeunes, la MRC de Mékinac a appuyé la tenue de ce deuxième Salon du livre jeunesse. «Les jeunes sont tout simplement inspirants, c’est un projet entrepreneurial qui se démarque et qui montre la force de notre relève», note Nadia Moreau, directrice du service de développement économique de la MRC de Mékinac.

«Quand ce sont des jeunes qui choisissent de faire un projet sur la lecture, qu’ils choisissent des auteurs et qu’ils en ressortent avec un intérêt pour la lecture, les livres et la culture, on voit toute l’importance d’investir dans le développement culturel de notre relève», mentionne Alexis Rheault, coordonnateur loisir et culture à la MRC de Mékinac. (S.L.)

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires