Don d’organe: des donneurs vivants précieux

Par marie_eve_alarie
Don d’organe: des donneurs vivants précieux
Johnny Gauthier et ses fils Mathyce et Trystan. (Photo : (Photo courtoisie))

MAURICIE. Dans l’ensemble des régions du Québec, des donneurs vivants graviront 16 montagnes à titre de porte-étendards du Défi Chaîne de vie dans le cadre de la Journée mondiale du don d’organes et de la greffe, le 16 octobre. En Mauricie, c’est au Mont SM à Saint-Mathieu-du-Parc que se fera la l’ascension symbolique du Défi Chaîne de vie. 

Le défi vise à sensibiliser la population à l’importance du don d’organes et de tissus pour sauver des vies. Cette année, l’emphase est mise sur le don vivant d’un rein.

Johnny Gauthier est à même de témoigner de l’importance du don vivant, car c’est le don d’organes qui a donné une deuxième chance à ses fils Mathyce, 18 ans, et Trystan, 15 ans, qui ont tous les deux eu besoin d’une greffe rénale à sept mois d’intervalle.

Depuis leur naissance, Mathyce et Trystan souffrent du syndrome d’Alport. Cette maladie héréditaire s’attaque aux fonctions rénales. Après plusieurs années de prise de médicaments, de dialyse à la maison et à l’hôpital et de nombreux rendez-vous médicaux, Mathyce avait besoin d’une greffe.

Sans aucune hésitation, Johnny Gauthier a plongé dans le processus d’examens de compatibilité pour évaluer s’il pouvait faire le don d’un de ses reins à son fils.

« Ils ont passé à travers tout mon pedigree de santé et je passais un examen pour le cœur tous les mois afin qu’on l’on s’assure que j’étais en forme et que ma pression était bonne également. Le processus a pris six mois en tout, raconte-t-il. J’ai aussi dû perdre un peu de poids, car j’étais un peu au-dessus de mon poids santé et aussi pour essayer d’éviter des risques de diabète, qui est une possibilité après un don de rein. »

« J’avais toujours un petit stress avant chaque examen de santé à Montréal. Je me demandais toujours si j’allais passer à l’étape suivante. Quand ils m’ont dit que j’étais compatible, tout allait bien et on a eu la date de l’opération », ajoute M. Gauthier.

La transplantation a eu lieu le 16 mars 2021. Mais cette journée a été assombrie quand la famille a appris, le jour de l’opération, qu’il fallait inscrire Trystan sur la liste d’attente pour une greffe de rein, car la maladie continuait d’évoluer.

« Quand je suis rentré à l’hôpital ce matin là pour tenir la main de Mathyce avant la greffe, ma femme m’a appelé pour me dire que Trystan embarquait sur la liste pour un don d’organe, se souvient Johnny Gauthier. Le processus pour le don vivant est assez rapide, mais ça varie avec la liste d’attente. On a été chanceux: Trystan a été placé assez haut dans la liste, de sorte qu’on a eu l’appel le samedi et le lundi suivant, on montait à Sainte-Justine pour recevoir une greffe d’un donneur décédé. » Aujourd’hui, Mathyce et Trystan vont bien.

En 2020, 28 % des transplantations rénales ont été rendues possibles grâce à des donneurs vivants. Cependant, le Québec est bon dernier quant aux dons vivants au Canada avec seulement 75 dons vivants en 2021.

Le don vivant constitue une alternative de plus en plus recherchée par le corps médical puisque de nombreux bienfaits, dont la réduction du temps d’attente pour avoir un organe et une plus grande longévité, découlent de ce geste.

À l’heure actuelle, sur les 888 personnes inscrites sur la liste d’attente pour un organe au Québec, 620 personnes sont en attente d’un rein. Il faut savoir que l’on ne peut pas guérir de l’insuffisance rénale. Cela peut être causé par des maladies ou des conditions comme le diabète, l’hypertension, l’hérédité, les infections ou l es interactions entre certains médicaments.

L’insuffisance rénale est également la 10e cause de décès au Canada.

Il est encore possible de s’inscrire au Défi Chaîne de vie dans la région ou de faire un don pour la cause au https://chainedevie.org/mont-sm.

Chaîne de vie est un organisme de bienfaisance qui repose presque entièrement sur les dons du public reçus dans le cadre du Défi Chaîne de vie pour réaliser sa mission principale d’éduquer les jeunes au don d’organes et de tissus dans les écoles d’enseignement au secondaire. Dans la région, l’Académie les Estacades, l’école secondaire des Pionniers, l’école secondaire Paul-Le Jeune et l’école secondaire Val-Mauricie collaborent avec Chaîne de vie.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires