Résultats des élections fédérales 2019

Suivez les résultats des élections fédérales 2019 dans votre circonscription en consultant notre page d'accueil.

Voir les résultats

Boiseries Savco a quitté Saint-Adelphe pour La Tuque

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Boiseries Savco a quitté Saint-Adelphe pour La Tuque
C'est sur le site Vallières, à La Tuque, que Remabec transférera la production de Boiseries Savco. (Photo : courtosie Remabec)

EMPLOIS.  Sans faire de bruit, Remabec a fermé ce printemps son usine de Saint-Adelphe pour transférer la production à La Tuque, causant du même coup la perte de 35 emplois.

En entrevue à L’Écho de La Tuque la semaine dernière, la directrice des communications chez Rémabec, Annie-St-Onge, a indiqué que la future usine «sera à la fine pointe de la technologie. On a modernisé la chaîne de sciage qui était à l’intérieur du bâtiment. Une inauguration sera effectuée dès que l’usine sera en opération.»

Usine de sciage de bois de feuillus, Boiseries Savco approvisionne les fabricants de palettes et de planchers de remorque. Fondée en 2000 par Raymond Savard, l’entreprise avait été acquise quatre ans plus tard par le groupe Remabec. La nouvelle usine de La Tuque emploiera une vingtaine de personnes et il s’agirait d’un investissement de près de 10 millions$.

Une décision administrative

En entrevue à L’Hebdo, le maire Paul Labranche dit avoir été informé de la décision par les dirigeants de Remabec dès le printemps 2018. «Nous leur avons offert notre aide, mais ils ont décliné sur le champ. Ils nous ont dit que c’était une question administrative, qu’ils voulaient centraliser leur production en Haute-Mauricie.»

Le maire était évidemment déçu, une perte de 35 emplois dans un village de la taille de Saint-Adelphe, c’est catastrophique. «Nous trouvons malheureux toutes ces pertes d’emploi pour les employés et leurs familles qui se retrouvent dans une situation embarrassante et dans un contexte de recherche d’emploi difficile pour certain travailleur.»

Maintenant que l’usine est fermée et vidée de sa machinerie, Paul Labranche veut connaître les plans de Remabec. «C’est un bâtiment en ordre facilement accessible par des routes provinciales bien entretenues. Est-ce qu’ils vont le vendre, le louer, lui donner une nouvelle vocation? Avec le service de développement économique de la MRC de Mékinac, on a sollicité une rencontre et on attend une réponse. De notre côté, on veut avoir l’heure juste», termine le maire.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Martin Darveau Recent comment authors
  S'inscrire  
newest oldest most voted
Notifier de
Martin Darveau
Guest
Martin Darveau

Premièrement l’usine n’est pas complètement vidé de sa machinerie et manque de main-d’œuvre! En plus l’approvisionnement en bois viens du site vallière . Le directeur d’usine et les mécano ont remplaçait les employés qui manquait pour pouvoir faire fonctionner l’usine. Moi je suis à la tuque comme électromecanicien je passe la semaine là comme 5 autres travailleurs de savco . savco à loyer une maison pour ces travailleurs. Bonne journée à vous ! Martin