La ruche gastronomique et thérapeutique de Samuel Rivard

Photo de Audrey Leblanc
Par Audrey Leblanc
La ruche gastronomique et thérapeutique de Samuel Rivard
Samuel Rivard, propriétaire du Fief d'Orvilliers, présentant ses nouveaux produits. (Photo : Audrey Leblanc)

SAINTE-ANNE-DE-LA-PÉRADE. L’apiculteur Samuel Rivard de Sainte-Anne-de-la-Pérade lance une nouvelle gamme de produits : des aromiels. Il s’agit d’un mélange de miel et d’huiles essentielles biologiques.

Celles-ci sont produites chez PranaSens, une entreprise de Sainte-Geneviève-de-Batiscan. Le propriétaire du Fief D’Orvilliers a développé une formule hivernale, détente et tonifiante. La première comprend notamment des huiles essentielles d’eucalyptus et de cannelle. On peut s’en servir pour prévenir un rhume ou encore pour apaiser les maux de gorge.

La formule détente est quant à elle composée d’huiles de citrus et de lavande. Mélangée à de l’eau chaude, elle est propice à la relaxation. Pour ce qui est de l’aromiel tonifiant, il contient de la gomme de sapin. Ce troisième produit, qui sert à renforcer le système immunitaire, sera bientôt disponible.

En plus des aromiels, Samuel a créé un caramiel, qui est en fait un mélange de miel, de beurre et d’un soupçon de lait. «C’est notre petit délice sucré, indique-t-il. Il a été fait un peu dans l’idée de ramener le miel en cuisine. Au Québec, on cuisine beaucoup avec le sirop d’érable, mais le miel a sa place lui aussi.»

«Avec ces nouveaux produits, on veut développer les deux facettes de ce que l’on retrouve dans une ruche : l’aspect gastronomique et l’aspect thérapeutique», ajoute ce dernier.

Aider les insectes pollinisateurs

Lui qui mise beaucoup sur le développement durable a récemment élaboré un plan d’action en ce sens. L’une de ces actions est la plantation de diverses espèces de fleurs sur un demi-hectare de sa propriété.

«L’objectif est de contrer la disparition de plusieurs insectes pollinisateurs, dont les abeilles, explique Samuel Rivard. Toutes les espèces de fleurs choisies ne sont pas nécessairement des fleurs qui vont attirer l’abeille à miel.»

«On est en démarrage, mais on veut en faire un peu plus chaque année, poursuit-il. L’an dernier, on a planté une dizaine d’arbustes qui attirent les pollinisateurs. On a fait une bande d’environ 400 pieds. Cette année, on va vers les fleurs.» Cela permet à la fois de contrer le manque de biodiversité florale et d’augmenter la nourriture disponible pour les insectes pollinisateurs.

Une bière au miel

À Saint-Stanislas, les propriétaires de la microbrasserie Le Presbytère sont en train de brasser une bière au goût de miel. Le résultat du partenariat entre le resto-brasserie et Le Fief D’Orvilliers sera disponible prochainement.

Où s’en procurer?

Les produits du Fief D’Orvilliers sont vendus à plusieurs endroits à travers la MRC des Chenaux, dont aux Boissons du Roy, au Metro de Sainte-Anne-de-la-Pérade et chez PranaSens à Sainte-Geneviève-de-Batiscan. On en retrouve aussi à Trois-Rivières, notamment chez Aroma Sì, au bureau d’information touristique et à l’Auberge du Lac Saint-Pierre.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires