La Ferme du Tarieu ouvrira ses portes à l’automne

Photo de Audrey Leblanc
Par Audrey Leblanc
La Ferme du Tarieu ouvrira ses portes à l’automne
Alexandre Perreault et Maxime Carpentier, propriétaires de la «Ferme du Tarieu brasserie et distillerie», devants leur entreprise en construction. (Photo : Audrey Leblanc)

SAINTE-ANNE-DE-LA-PÉRADE. Le projet des jeunes entrepreneurs Maxime Carpentier et Alexandre Perreault prend forme à Sainte-Anne-de-la-Pérade. La bâtisse qui accueillera la Ferme du Tarieu brasserie et distillerie est érigée en bordure de l’autoroute 40 et les travaux de construction devraient être achevés à l’automne.

La première pelletée de terre a eu lieu le 24 mai. Depuis, les fondations ont été coulées et la structure dressée. «L’ouverture aura lieu à l’automne, mais on ne peut pas encore donner de date précise, indique Alexandre.

En attendant le grand jour, les propriétaires ont mis la table en sortant deux bières en cannette, la Récolteuse et la Chiendent, qui sont disponibles un peu partout au Québec. Ils ont aussi convenu d’un partenariat avec l’entreprise Mlles Traiteur de Saint-Prosper, qui assurera le volet restauration. Bien que la Ferme du Tarieu ne soit pas un restaurant, de la nourriture y sera servie en accompagnement.

«On a deux produits sur le marché présentement et ce seront les seuls d’ici l’ouverture, précise Alexandre. Au lancement, on aura six à huit lignes de bières et, éventuellement, un total de douze. Ce seront toutes nos recettes. On a vraiment hâte de les faire goûter aux gens parce qu’on les travaille depuis longtemps.»

«On va exploiter le côté agricole pour les noms des bières et leur image, ajoute ce dernier. Pour nos spiritueux, on va miser sur le côté historique. Et pour ce qui est de la décoration des lieux, elle va rappeler le côté agricole. On a pensé la bâtisse en conséquence. On s’est construit sur la terre familiale et les couleurs du revêtement extérieur vont rappeler celles de la ferme familiale sur laquelle j’ai grandi avec le rouge, le noir et le blanc.»

À l’intérieur, un espace de 50 pieds par 30 pieds a été réservé pour accueillir le bar. Une mezzanine sera aussi aménagée. L’endroit contiendra entre 30 et 50 places assises. «Ce qui fait le fort de notre projet, c’est l’emplacement, soutient Alexandre. L’hiver, on a la pêche aux petits poissons des chenaux et le sentier de motoneiges qui passe tout près devant.»

De l’orge péradien

L’orge servant à la fabrication des produits de l’entreprise est quant à elle cultivée sur les terres familiales des Perreault, non loin de la brasserie et distillerie. «Cette année, on a 60 acres exceptionnellement, mais on en aura 30 à l’avenir. On voulait tester deux variétés et être certain d’en avoir assez pour notre première année, explique Alexandre. Au fil des ans, on va peut-être essayer différentes variétés comme du blé d’hiver et du seigle pour inclure dans nos produits.»

Avec 30 acres cultivées, le duo prévoit produire 50 tonnes d’orge. D’ailleurs, l’orge péradien a servi à la création de la bière de la Route des brasseurs, dont fait partie la Ferme du Tarieu. Mentionnons en terminant que le projet de Maxime Carpentier et d’Alexandre Perreault représente un investissement d’environ 800 000 $.

Clin d’œil historique

Le nom donné à la brasserie et distillerie fait référence à Pierre-Thomas Tarieu, qui était l’époux de Madeleine de Verchère et seigneur à Sainte-Anne-de-la-Pérade. Le couple s’est marié en 1706 et a vécu plusieurs années à Sainte-Anne. «On voulait jouer sur le fait que ça peut ressembler à une expression qu’il y a sur la ferme et, en même temps, c’est un clin d’œil historique», indique Alexandre Perreault.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires