La Ferme Boblé reçoit une délégation africaine

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
La Ferme Boblé reçoit une délégation africaine
André Beaudoin avec les membres de la délégation venue sur sa ferme à Saint-Séverin à la fin du mois de novembre dernier. (Photo : courtoisie UPA DI)

SAINT-SÉVERIN.  Une délégation d’une dizaine de dirigeants d’organisations agricoles du continent africain était récemment de passage à Saint-Séverin dans le cadre de la mission Sud-Nord Viens Marcher ma Terre 2022.

Cette visite était organisée par l’Union des producteurs agricoles Développement international (UPA DI) et leur arrêt à la Ferme Boblé n’était pas fortuit puisque le propriétaire, André Beaudoin, a été durant plus de vingt ans le secrétaire général de l’organisation.

« Cette rencontre annuelle permet aux leaders agricoles de venir découvrir notre agriculture, de quelle manière on s’organise, comment on se structure. On échange sur les politiques agricoles et agroenvironnementales en vigueur ici et dans leur pays respectif », souligne le producteur de veau de grains.

Selon lui, même si le climat du Québec n’a pas grand en commun avec celui de l’Afrique, ces échanges sont bénéfiques à plusieurs points de vue. « Un des problèmes qu’ont amené la mondialisation et les accords internationaux, c’est la capacité de vendre des produits sur le territoire. Et c’est encore plus vrai dans les pays en développement. Les routes commerciales sont d’abord structurées en fonction des aéroports et des ports alors que l’agriculture est dans l’arrière-pays. Ça devient plus difficile à livrer leurs produits dans les capitales. »

« On leur explique donc comment on fait chez nous au Québec. On s’est doté ici d’un système de gestion de l’offre qui permet à un producteur de lait de Saint-Joseph-de-Mékinac d’exister et d’être rentable. Si on n’avait pas ce système, on aurait complètement vidé nos régions de l’agriculture parce que les routes n’auraient pas été rentables », explique André Beaudoin.

L’ancien secrétaire général de l’UPA DI souligne que l’expertise du Québec à cet égard est très riche et qu’on a tout intérêt à la partager. « On oublie souvent la contribution qu’on peut apporter à partir de notre propre expérience. Ça peut paraître banal pour nous, mais de donner l’occasion à un leader africain de participer à une rencontre d’une fédération régionale, de voir comment se fait le cheminement d’un dossier et de participer à l’assemblée générale annuelle de l’UPA. D’être capable de parler avec des producteurs et des productrices. Ça leur donne vraiment beaucoup de matière à réfléchir et je dirais, à influencer leur propre processus », termine-t-il.

UPA DI a été fondée en 1993 par l’UPA afin de soutenir la ferme familiale comme modèle d’agriculture durable. Elle appuie des dizaines d’OPA (organisation professionnelle agricole) démocratiques, les services collectifs développés par ces partenaires sur le terrain et toutes autres initiatives structurant le secteur agroalimentaire dans les pays et les régions où elle intervient. En mission depuis 30 ans, UPA DI a mené des centaines de projets en collaboration avec une soixantaine d’organisations agricoles partenaires dans près de 25 pays.

Pays représentés

Bénin

Burkina Faso

Mali

Sénégal

République démocratique du Congo

Tunisie

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires