Je tricote, je placote… en famille

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Je tricote, je placote… en famille
Âgée de douze ans, Rosalie tricote depuis déjà six ans grâce aux conseils de sa mamie. (Photo : L'Hebdo / Bernard Lepage)

LAINE. La moyenne d’âge du club Je tricote, je placote a pris momentanément un coup de jeune le 6 mars dernier alors que quatre jeunes filles  sont venues rejoindre le groupe de bénévoles.

Profitant de la semaine de relâche, quelques grands-mamans avaient emmené leur petite-fille lors de leur rendez-vous hebdomadaire au local du Centre d’action bénévole de Mékinac, à Saint-Tite.

Chacune a pu repartir avec une des créations des talentueuses tricoteuses. À 12 ans, Rosalie impressionnait bien des membres en maniant ses broches au côté de sa mamie.  «Elle est très bonne», complimente une autre grand-maman assise pas loin.

Voilà déjà sept ans que Je tricote, je placote est bien implanté dans la communauté de Mékinac. «Cette année, on retrouve beaucoup de nouveaux visages», se réjouit Michèle Magnan, celle dont le talent est sollicité par toute une chacune. «Elle connaît tout du tricot et du crochet, explique Lyne Ayotte, agente de promotions au CAB. Quelquefois, elle n’a même pas le temps d’avancer ses pièces.»

Mais rien de grave car ici, le temps ne compte pas. Seuls éléments qui importent: le plaisir de créer des pièces uniques mais surtout, le plaisir de voir la personne les recevoir. Ce fut le cas le 2 mars dernier à Hérouxville alors que chacun des 14 capitaines des équipes prenant part au Relais pour la vie de Mékinac a reçu un cadeau des membres du groupe. Des mitaines pour les hommes; un foulard et une tuque pour les femmes. «C’était touchant raconte Lyne Ayotte. On est venu à bout de réchauffer le cœur de ces gens-là avec nos cadeaux de laine.»

Je tricote, je placote compte une quinzaine de membres régulières mais ce nombre double en comptant celles qui font leurs mailles à la maison. On compte même une dame de 101 ans et une autre un peu plus jeune… à 97 ans.

Chacune est libre de repartir avec leur création mais celles qui utilisent la laine du CAB laissent le plus souvent leurs bas, foulards, tuques, pantoufles, etc. dans la boutique Aux Trouvailles du CAB. «Chacune peut faire ce qu’elle veut. Nous n’imposons rien», spécifie Lyne Ayotte.

«Le tricot, c’est le plus beau cadeau que tu peux faire à quelqu’un, poursuit l’agente aux promotions. Chaque produit est unique, il n’y en a pas deux pareils. Il y a bien sûr le type de laine, la grosseur des broches mais surtout, la tricoteuse en arrière de tout ça», sourit-elle.

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Benoît RODRIGUE
Benoît RODRIGUE
2 années

Rosalie , ou une autre parmi vous… accepterait-elle de me tricoter un chandail similaire
à un que je possède déjà… SINON, pourrait-elle le racommoder
aux coudes et contours poignets + Bordures au bas.
( Note + solidifier mon chandail que aspect esthétique qui me préoccupe ici.
J’apprécierais avoir les coordonnées Téléphonique de la personne
qui pourrait exécuter ce contrat afin de mieux nous explique de vives voix.

Mille MERCIS à l’avance pour votre réponse à venir.
Cordialement vôtre! Benoît RODRIGUE
(514) 272-1391 Tél. Maison. ( répondeur)
parce que Cell régulièrement + de 90% temps fermé- 438-275-0769
Sauf en déplacement…