Entrepreneuriat dans la MRC des Chenaux : constats et défis à relever

Photo de Audrey Leblanc
Par Audrey Leblanc
Entrepreneuriat dans la MRC des Chenaux : constats et défis à relever
Quelque 40 personnes ont assisté, le 30 janvier, au dévoilement de l'indice entrepreneurial dans la MRC des Chenaux. (Photo : Audrey Leblanc)

ENTREPRENEURIAT. Élus et gens du milieu des affaires étaient réunis mercredi matin à La Bisonnière de Saint-Prosper pour le dévoilement de l’indice entrepreneurial dans la MRC des Chenaux. Un sondage Léger mené récemment a permis de compiler des statistiques révélatrices au sujet de l’entrepreneuriat sur le territoire. Ces données seront le fondement d’un plan d’action sur lequel travaille la Communauté entrepreneuriale (CE) des Chenaux.

Le sondage a été réalisé l’été dernier. Environ 600 personnes ont participé à cette étude qui offre des comparaisons avec l’indice entrepreneurial de 2014 et celui de la province. Les résultats ont été regroupés sous quatre volets : la culture entrepreneuriale, l’intention de se lancer en affaires, la création d’entreprises et la croissance de celles-ci.

Ce sont Marie-Andrée Trudel de la CE des Chenaux et Denis Morin, ancien directeur général de la CE de Shawinigan et parrain de celle des Chenaux, qui ont procédé au dévoilement des données.

Quand on parle de culture entrepreneuriale, on fait surtout référence à la perception que les citoyens ont de l’entrepreneuriat et des entrepreneurs. Dans des Chenaux, cette perception est très favorable. L’entrepreneuriat est perçu comme un moteur économique par 97 % de la population.

Près de la moitié des citoyens de la MRC, soit 48,9 %, disent posséder les compétences et les capacités requises pour se lancer en affaires, comparativement à 27,4 % pour l’ensemble du Québec.

«Il y a quand même un travail à faire à ce niveau-là parce que près de 60 % des hommes se disent compétents et capables de se lancer en affaires, comparativement à environ 37 % des femmes. Comment se fait-il que les femmes s’estiment moins capables de lancer une entreprise que les hommes?», questionne M. Morin.

À la lumière de ces données, la CE des Chenaux souhaite, entre autres, faire la promotion des initiatives des gens d’affaires, animer le mois de l’entrepreneuriat qui se tient en novembre et être plus actif sur les réseaux sociaux.

L’intention d’entreprendre

L’intention de se lancer en affaires par la création ou la reprise d’une entreprise dans un horizon de cinq ans est plus marquée chez les 35-44 ans, avec un taux de 32 %, que chez les 18-34 ans avec 11 %. À titre de comparaison, à la grandeur du Québec, le taux d’intention général est de 21 % en 2018.

«Chez les 35-44 ans, c’est un bond énorme comparativement à 2014 alors qu’on se situait à 11%, indique M. Morin. Ça veut dire que ces gens doivent être une cible prioritaire des acteurs de développement économique. Il faut aussi se relever les manches parce qu’il y a du travail à faire auprès des 18-34 ans qui, en 2014, se situaient à 25 %. C’est une baisse marquée de ce côté.»

Pour favoriser les intentions d’entreprendre, la CE des Chenaux entend notamment poursuivre les activités de la Grande journée des petits entrepreneurs et l’étendre à plus d’une municipalité. De plus, la CE veut mettre en place un réseau d’ambassadeurs, incluant des entrepreneurs et des intrapreneurs, qui témoigneront de leur expérience.

Ce sont Marie-Andrée Trudel de la CE des Chenaux et Denis Morin, ancien directeur général de la CE de Shawinigan et parrain de celle des Chenaux, qui ont procédé au dévoilement des données.

Création d’entreprises

Recherche de capital, de partenariats, d’équipements et rédaction d’un plan d’affaires. Ce sont toutes des étapes qui mènent à la création d’une entreprise. Sur le territoire, les démarches globales entreprises sont plus nombreuses en 2018 (7,9 %) qu’en 2014 (5,6 %).

Chez les 18-34 ans, ce taux s’élève à 10,6 % comparativement à 18,8 % chez les 35-44 ans. C’est donc dire que les gens de cette tranche d’âge sont plus nombreux à avoir effectué des démarches au cours de la dernière année.

Actuellement, 11,7 % de la population de la MRC des Chenaux est propriétaire d’une entreprise. Ce résultat est supérieur à celui enregistré au Québec (6,9 %), mais inférieur à 2014 (14,2 %). Plus de 80 % des entreprises ont moins de trois employés.

Pour accroître les démarches de création d’entreprise, la Communauté entrepreneuriale des Chenaux veut notamment mettre sur pied une activité pour valoriser les intrapreneurs, soutenir et promouvoir les démarches effectuées dans les écoles en lien avec l’entrepreneuriat et promouvoir les organismes et l’aide qu’ils peuvent apporter pour le démarrage d’entreprises.

Fermetures et croissance

À l’inverse, c’est 20 % de la population de la MRC qui a déjà fermé ou abandonné les activités d’une entreprise. Ce taux était à 17,5 % en 2014. La pénurie de main-d’œuvre et le vieillissement de la population peuvent être des facteurs en cause.

Afin de favoriser la survie et la croissance des entreprises, la CE des Chenaux désire, entre autres, soutenir et promouvoir la campagne d’achat local, organiser des activités de réseautage et offrir des formations selon les besoins.

Retour du Gala Artisan

Bonne nouvelle, le Gala Artisan des Chenaux sera de retour cette année. «Il y aura des changements, ce sera une version 2.0», indique Marie-Andrée Trudel sans trop vouloir en dévoiler. L’événement aura lieu à l’automne.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires