Une aide financière accordée à Sainte-Anne-de-la-Pérade

Photo de Jonathan Cossette
Par Jonathan Cossette
Une aide financière accordée à Sainte-Anne-de-la-Pérade

L’église de Sainte-Anne-de-la-Pérade se refait une beauté, tout en améliorant sa sécurité. Le gouvernement du Québec lui a consenti une aide de 56 176$ pour l’occasion gracieuseté du Programme visant la protection, la transmission et la mise en valeur du patrimoine culturel à caractère religieux.

C’est la députée de Champlain, Sonia LeBel, qui en a fait l’annonce au nom de sa collègue Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications.

«Cette aide a été rendue possible grâce à la collaboration de la fabrique de l’église de Sainte-Anne-de-la-Pérade. Notre programme a été mis sur pied pour le type d’annonce comme celle d’aujourd’hui. C’est l’image du bâtiment qui sera refaite et l’église de Sainte-Anne-de-la-Pérade est une icône dans la région. Il est important de pouvoir appuyer la municipalité pour qu’elle puisse conserver cette beauté», a lancé Mme LeBel.

«Ce sont 15 M$ qui seront offerts pour l’ensemble du Québec, à laquelle s’ajoute une somme de 5M$ destinée à la requalification des lieux de culte. Le but, c’est de conserver leur valeur patrimoniale.»

Les principaux travaux à faire à l’église Sainte-Anne-de-la-Pérade sont la restauration de la maçonnerie et l’installation d’arrêt-glace.

«Merci beaucoup au gouvernement et si vous avez de l’argent en trop, n’hésitez pas nous amener l’enveloppe et on va s’occuper du reste», a lancé le président de la fabrique, René Beaudoin, à la blague. «On est bien content de cette aide et on veut remettre notre église en bon état. On doit aussi s’assurer qu’on n’ait pas d’infiltration d’eau.»

«En 2003, il y a eu un inventaire de fait partout au Québec. Des 2746 lieux de culte notés, 612 ont été démolis ou transformés. C’est donc dire que le quart des lieux de culte ont fermé et dans les dix prochaines années, on pourrait atteindre la moitié. La situation s’en vient critique et ça démontre l’importance de l’aide du gouvernement qui va faire en sorte que notre église va échapper à ce scénario.»

René Beaudoin, Sonia LeBel et Diane Aubut.
René Beaudoin, Sonia LeBel et Diane Aubut. Photo Jonathan Cossette – Hebdo Journal

La mairesse de Sainte-Anne-de-la-Pérade, Diane Aubut, n’avait d’autres choix que de se réjouir ce cette annonce.

«C’est important de maintenir notre patrimoine et de maintenir notre église qui est un bâtiment grandiose. Elle a une valeur inestimable et je suis d’accord que ça fait partie de notre communauté. Lorsqu’on arrive à Sainte-Anne-de-la-Pérade et qu’on traverse le pont, c’est frappant et c’est la façade de notre municipalité.»

«C’est certain qu’il y a moins de personnes qui viennent si on compare  à une certaine époque, mais ça reste notre lieu de rassemblement. Sans l’aide du gouvernement, on n’arriverait pas à conserver ce patrimoine-là.»

Rappelons que le Programme visant la protection, la transmission et la mise en valeur du patrimoine culturel à caractère religieux permet de financer jusqu’à 70% des coûts des projets pour les biens non classés en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel. Ces derniers ont fait l’objet d’un processus de sélection rigoureux au préalable.

 

 

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires