De l’intérêt pour un tronçon du CN inutilisé

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
De l’intérêt pour un tronçon du CN inutilisé
La section qui suscite l'intérêt des municipalités de Saint-Adelphe et Lac-aux-Sables est celle surlignée en rouge. (Photo : (Photo courtoisie CN))

La MRC de Mékinac intéressée à en faire un sentier récréotouristique     

SAINT-ADELPHE. Les municipalités de Saint-Adelphe et Lac-aux-Sables ont adopté récemment des résolutions demandant à la MRC de Mékinac d’analyser l’opportunité de convertir un tronçon ferroviaire, dont le CN (Canadien National) voudrait se départir, en un sentier récréotouristique.

La compagnie de chemin de fer a annoncé en septembre dernier qu’une section de 48 kilomètres de son réseau, située entre Saint-Marc-des-Carrières et Hervey-Jonction, était dorénavant inscrite dans la catégorie « Cessation d’exploitation ».

Cette mention ouvre la porte à l’abandon d’ici l’automne 2021 du tronçon et à sa mise en vente. Le CN indique qu’il n’y a plus de trafic ferroviaire sur cette partie depuis plusieurs années. Dans une lettre adressée à la MRC en septembre, Mélissa Turgeon, Directrice Affaires publiques Québec, soulignait qu’«afin d’appuyer les investissements nécessaires au maintien d’une exploitation sûre et efficace, le trafic doit être suffisant sur toutes les lignes ferroviaires.»

À Hervey-Jonction, ce chemin de fer rejoint celui en provenance de Shawinigan et qui se divise en deux branches, la première en direction de La Tuque/Abitibi et la seconde vers le Saguenay. «Nous avons un intérêt, reconnaît le maire de Saint-Adelphe, Paul Labranche, mais ça dépend toujours du prix. Si ça coûte une terre en bois debout, on oublie ça.» Il verrait très bien l’aménagement d’une piste cyclable ou un sentier multifonctionnel à vocation estivale et hivernale.

Pour que le projet prenne tout son sens, le maire Labranche voudrait que les MRC de Portneuf et Des Chenaux s’y impliquent également puisque la section de 48 km traverse des municipalités de ces deux territoires.

Il y a cependant encore loin de la coupe aux lèvres. Très réglementée par le gouvernement fédéral, l’abandon d’un tronçon ferroviaire doit passer au travers de multiples étapes qui peuvent s’échelonner jusqu’à trois ans. Au cours du processus, il peut être acheté ou offert à des compagnies ferroviaires, municipalités ou gouvernements.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Michel Denis
Michel Denis
2 années

Merveilleuse idée.Beau projet récréotouristique, qui j’en suis sûr serait très apprécié des bénévoles qui travaillent fort pour l’entretien des sentiers et la sauvegarde des droits de passage des clubs de vtt et de motoneiges.

Madeleine Saint-Amand
Madeleine Saint-Amand
2 années

quelle merveilleuse idée pour les amateurs de plein air..