Des clins d’œil virtuels en septembre pour le Festival Western

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Des clins d’œil virtuels en septembre pour le Festival Western
Le directeur général et le président de la 52e édition, Pascal Lafrenière et Hugues Carpentier, lors du bilan du dernier festival en septembre 2019. (Photo : Archives L'Hebdo)

SAINT-TITE. Même si la 53e édition a été officiellement annulée le 15 avril dernier, le Festival Western de St-Tite réfléchit à une façon de lancer un clin d’œil aux festivaliers et à la population locale au début de l’automne.

«Au Québec en septembre, il y a nous autres pis le camp d’entraînement du Canadien», lance au bout du fil Pascal Lafrenière. Quelques jours après l’annonce-choc, le directeur général du festival dit avoir été agréablement surpris de la réception du public, mais aussi des partenaires.

«Dans une grande proportion, les gens qui ont acheté leurs billets ont décidé de les garder pour 2021», mentionne Pascal Lafrenière. «Une petite minorité nous a dit que c’était un peu prématuré, mais à la lumière de ce qu’a annoncé par la suite le premier ministre Legault, on est encore plus convaincu de ne pas avoir tiré sur la gâchette trop vite.»

Quant aux partenaires financiers, ils ont aussi répondu présents. «Ils nous ont assurés de leur soutien. Pas à la même hauteur, mais on va trouver une solution pour vous aider, nous ont-ils promis», poursuit le directeur général.

Mise à pied du personnel

L’annulation de la 53e édition causera des pertes de plusieurs centaines de milliers de dollars à l’organisation. «Nous avions déjà plus de la moitié de notre année financière qui était entamée. Le gouvernement a dit qu’il verserait quand même ses subventions, mais il faut savoir que dans notre cas, l’aide gouvernementale ne représente que 5% de notre budget.»

Devant cette situation, le Festival Western s’est vu dans l’obligation de mettre à pied la presque totalité de son personnel. «J’ai une équipe super professionnelle, témoigne Pascal Lafrenière. Ç’a été déchirant parce qu’on met nos tripes dans ce festival, mais 24 heures après, tout le monde remettait l’épaule à la roue pour gérer la suite de l’annulation.»

Le retour des employés permanents se fera de façon graduelle, de l’automne jusqu’en janvier. «Il y a du travail qu’on a déjà fait qui pourra être récupéré pour 2021, explique le directeur général. Notre programmation artistique était complétée. Heureusement, nous avions des ententes, mais aucun contrat n’avait encore été signé. On regarde pour voir si certains des artistes pourraient être à Saint-Tite l’an prochain.»

Pour la première fois en 53 ans en septembre, les rues de Saint-Tite seront vides de festivaliers. Une situation inimaginable si on se reporte à il y a moins de deux mois. «On réfléchit à des petites actions de communication qu’on fera en septembre par le biais de nos médias sociaux. Notre priorité malgré la situation, c’est de garder le lien avec nos festivaliers et les résidents de Saint-Tite», assure Pascal Lafrenière sans dévoiler les détails de cette future campagne virtuelle.

En 2018, le Festival Western dévoilait une étude sur les retombées économiques de son événement. Le document faisait état de retombées de plus de 45 M$ en valeur ajoutée pour l’économie du Québec et de la création de 679 emplois directs et indirects.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires