Bulbi-Serres, fournisseur officiel des Mosaïcultures

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Bulbi-Serres, fournisseur officiel des Mosaïcultures
Patrice Goudreault, propriétaire de Bulbi-Serres, montrant une variété de plantes qui serviront aux Mosaïcultures Québec. (Photo : L'Hebdo - Bernard Lepage)

SAINT-TITE.  Si vous prévoyez aller admirer les sculptures végétales de Mosaïcultures Québec cet été, sachez qu’il y a un peu beaucoup énormément du savoir-faire d’une pépinière de Saint-Tite là-dedans. 

Rencontré dans ses serres du rang des Pointes, Patrice Goudreault est entouré d’une mer de couleurs. « Il y a un mois, j’ai livré 22 000 plants de lierre allemand. Tu aurais dû voir ça. C’était vert partout dans la serre », sourit le propriétaire de Bulbi-Serres qui a fourni environ 500 000 des six millions de végétaux nécessaires pour réaliser cette exposition présentée au Parc du Bois-de-Coulonge, sur la Grande Allée à Québec.

Ce n’est pas la première fois que le serriculteur est sollicité par l’organisation des Mosaïcultures. « Elle m’avait appelé pour dépanner en 2001 au Vieux-Port de Montréal et j’y avais aussi participé l’année suivante », se rappelle Patrice Goudreault. Bulbi-Serres a aussi contribué aux éditions de 2013 au Jardin Botanique de Montréal et de Gatineau en 2018 où la pépinière de Saint-Tite a produit respectivement 200 000 et 300 000 plants pour les deux événements.

L’exposition Il était une fois… la terre est toutefois la plus importante à ce jour pour lui. En tout, plus de 200 animaux, personnages, paysages y sont exposés sur près de 1,5 kilomètre de sentier. Depuis décembre dernier, Patrice Goudreault et son équipe ont fait pousser des dizaines de milliers de plants d’ipomée, de pourpier, de lierre allemand, de persil, de lysimachia (pour le feuillage doré), d’helichyrsium (pour le feuillage argent) , d’hemigraphis (pour le feuillage noir), alternanthera (rouge, vert et jaune), d’helichrrysum (blanc), de santolina (gris et vert), et de senecio (bleu).,  « J’ai aussi trois sortes de sedum », ajoute-t-il.

Certains ont été livrés à la Ferme d’Auteuil à Laval qui était chargée de confectionner les animaux fleuris (ours, hibou, singe, paon, cheval, etc.) qu’on retrouve sur le site, mais la majorité ont été acheminés directement au Parc du Bois-de-Coulonge où des horticulteurs s’occupaient de les replanter dans des ossatures métalliques recouvertes de toiles géotextiles et remplies de terreau.

L’exposition qui a ouvert ses portes lors de la fête Nationale se poursuivra jusqu’au long week-end de l’Action de grâces en octobre. Mosaïcultures Québec 2022 est une grosse organisation qui a mobilisé une centaine de fournisseurs de toutes sortes, mais seulement cinq ou six pépinières comme celle de Saint-Tite.

L’édition 2013 présentée à Montréal avait attiré un million de visiteurs avec une cinquantaine d’œuvres alors que celle qui vient d’ouvrir à Québec en contient quatre fois plus. « Pour l’instant, ce n’est prévu que pour 2022, mais ça ne m’étonnerait pas qu’elle soit de retour en 2023. Il y a tellement de travail là-dedans », souligne  Patrice Goudreault qui se promet bien sûr d’aller visiter l’exposition cet été.

« Moi, mon ouvrage est fait, mais pour les employés là-bas, ça fait juste commencer », lance-t-il, en rappelant que les plants doivent être soigneusement entretenus pour garder leur effet. « Certaines plantes devront être coupées chaque mois, mais pour d’autres à la croissance rapide, c’est toutes les semaines », termine-t-il.

Les Mosaïcultures Québec en chiffres

Plus de 200 œuvres, dont 20 tableaux;

Plus de 200 variétés de plantes et de fleurs, soit 6 millions de végétaux au total;

Un parcours en nature qui s’étend sur 1,5 km;

Une visite d’une durée moyenne de 2,5 heures.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires